Laure Flessel
Laure Flessel. | RODRIGUEZ PASCAL / SIPA

Flessel retient son souffle

Publié le , modifié le

Le stress, elle connaît. L’épéiste Laura Flessel -quintuple médaillée olympique et sextuple championne du monde- va tenter de décrocher son ticket pour les Jeux de Londres, à l’occasion du championnat qualificatif de la zone Europe samedi à Bratislava (Slovaquie).

Abattue par la non-qualification de l’équipe épée dames, qui aurait libéré trois places d’office en cas de bons résultats, Laura Flessel va abattre sa dernière carte en vue d’une qualification pour les J.O de Londres. Mais plus qu’une ambition personnelle, l’épéiste s’apprête à défendre les chances de tout un pays. "L'éventuelle absence de Laura (ndlr : lors de l’épreuve olympique) serait un très gros coup dur, d'abord pour elle, et puis ensuite pour l'escrime française parce que tout le monde sait  bien ce qu'elle a apporté à sa discipline", a concédé le DTN, Éric Srecki.

Londres au bout de l'épée

Pour se faire, la "Guêpe" doit atteindre au minimum la finale du championnat qualificatif de la zone Europe à Bratislava (Slovaquie). En effet, seules les deux finalistes obtiendront leur billet pour la quinzaine olympique. Attention donc, car tous les compteurs sont remis à zéro. "Quatre filles peuvent prétendre se qualifier et je vois en plus une dizaine d'outsiders", a commenté l’entraîneur des épéistes dames, Stéphane Riboud. "Cela se jouera sur l'envie et sur la maîtrise de ses nerfs".

Reste à savoir si la Guadeloupéenne ne sera pas paralysée par l’enjeu. "Depuis St-Maur, on a d'abord passé la première semaine à évacuer et digérer. Ensuite, on a repris l'entraînement à régime moyen avant notre stage à Argelès-sur-Mer, où tout s'est très bien passé. Et cette dernière semaine, on a peaufiné notre escrime", a expliqué Riboud. Une préparation à la hauteur de l’événement. Mais est-ce qu’une "Guêpe" peut encore piquer à 40 ans passés ?

Yohan Roblin @yohanroblin