Eric Frenzel
Eric Frenzel | PIERRE TEYSSOT / AFP

Eric Frenzel, le rival numéro un

Publié le , modifié le

Pour faire le doublé et décrocher un second sacre olympique en combiné nordique, le porte-drapeau tricolore Jason Lamy-Chappuis aura fort à faire. Il devra en effet surpasser Eric Frenzel, qui survole la discipline depuis plus d’un an. L’Allemand sera-t-il aussi dominateur à Sotchi qu’en Coupe du monde ? Pas si sûr…

Et si Jason Lamy-Chappuis, en plus d’être un skieur hors-pair, était un bluffeur d’exception ? L’an passé, davantage en retrait en Coupe du monde que les années précédentes, le Français avait ébloui les championnats du monde de ski nordique à Val di Fiemme – dont il avait fait son principal objectif – en raflant quatre médailles en autant de courses, dont trois en or. Cette saison, actuel quatrième du classement général de la Coupe du monde, Jez se montre encore plus discret. Un peu comme s’il attendait son heure.

Mais s’il s’est sans doute réservé pour son grand moment, à Sotchi, où il tentera ce mercredi de conserver sa couronne olympique sur petit tremplin, la mission s’annonce très compliquée. La faute à l'explosion d'Eric Frenzel, qui après avoir succédé au skieur français en remportant le dernier gros globe de cristal, multiplie les performances... au point d'être devenu le nouveau patron du combiné nordique.

L'Allemand tentera de profiter des difficultés de Jez au saut

A 25 ans, toujours impeccable au saut et impérial en fond, l’Allemand aura à cœur de faire mieux qu’en 2010. Encore trop tendre à Vancouver, il n’avait décroché qu’une médaille de bronze (par équipes), en terminant loin du podium à l’issue des épreuves individuelles (10e sur petit tremplin, 40e sur grand tremplin). Seulement, depuis le début de l’année 2013, le phénomène fait preuve d’une constance exceptionnelle. Seul athlète capable de bousculer Lamy-Chappuis aux derniers Mondiaux (sacré sur grand tremplin), Frenzel est encore monté en puissance depuis.

Cette saison, il relègue ainsi tous ses concurrents, parmi lesquels figurent le Japonais Akito Watabe et les Norvégiens Haavard Klemetsen, Magnus Krog et Mikko Kokslien, à plus de 300 points au classement général de la Coupe du monde. Si Jez confirme ce mercredi ses difficultés au saut, c’est un boulevard vers l’or qui s’ouvrira pour l’Allemand. Faut-il encore qu'il supporte la pression des Jeux. Ce que Lamy-Chappuis, homme des grands rendez-vous, fait mieux que quiconque.