Dykun Rouge
Myroslav Dykun (en rouge) est désormais sous le coup d'une suspension. | RAVEENDRAN / AFP

Dykun soupçonné de dopage

Publié le , modifié le

Le lutteur gréco-romain, Myroslav Dykun, a été contrôlé positif aux amphétamines lors d'un contrôle inopiné. Une nouvelle affaire de dopage qui secoue le sport britannique à trois mois seulement des Jeux Olympiques de Londres.

Se dirige-t-on vers un nouveau cas de dopage ? Çela en a tout l'air. Le lutteur gréco-romain, Myroslav Dykun -sacré champion du Commonwealth chez les moins de 66 kg- a été testé positif lors d'un contrôle anti-dopage. L'athlète britannique, né en Ukraine, en a été informé le week-end dernier. "Je confirme qu'il a échoué au test. La substance détectée est de l'amphétamine", a déclaré le directeur exécutif de la Fédération de lutte, Colin Nicholson.

Mais Dykun devra cependant attendre les résultats de l'échantillon B pour être fixé sur son sort. En effet, si ces derniers s'avèrent similaires à ceux du premier examen, il sera suspendu et manquera par la même occasion les Jeux de Londres.

Une politique décriée

"Ça ne sent pas bon, mais rien n'est fait tant que les résultats du deuxième examen ne sont pas revenus. Il est impossible de se prononcer pour le moment", a fait savoir une source proche du dossier, interrogée par The Guardian. En cas de suspension, la délégation britannique perdrait donc un atout de poids et surtout l'une de ses meilleures chances de médaille.

Cette absence s'ajouterait à celles de deux autres lutteuses ukrainiennes naturalisées anglaises : Yana Stadnik et Olga Butkevych. Ces dernières ne pourront, en effet, pas prendre part aux J.O en raison d'un retard dans l'envoi de leur passeport. Voilà qui relance le débat sur la politique de sélection des lutteurs britanniques. Une polémique qui grandit outre-Manche, là où cinq des sept places qualificatives pour la quinzaine olympique avaient été attribuées à des athlètes nés à l'étranger.

Yohan Roblin @yohanroblin