Céline Dumerc
La meneuse et capitaine des Bleues, Céline Dumerc | AFP - EMMANUEL DUNAND

Dumerc et les Bleues tuent le suspense

Publié le , modifié le

Céline Dumerc, meilleure joueuse française de la compétition, n’a jamais vraiment pesé sur une finale qui n’aura pas déchainé les passions (86-50). Dans une North Greenwich Arena qu’on a connu plus chaude, les Braqueuses ont foiré leur hold-up contre les Américaines.

Huit points, trois passes décisives et une influence réduite sur le cours du match, le moins que l’on puisse dire, c’est que Céline Dumerc a manqué son ultime rendez-vous avec Londres 2012. Pressenti pour figurer dans le 5 majeur de l’épreuve, la meneuse de l’équipe de France n’a pas su transcender une formation qui avait déjà gagné son tournoi avec cette place en finale.

L’ambiance est vite retombée après un premier quart-temps trompeur où les filles de Pierre Vincent ont bien résisté (15-20). Les supporters US, parmi lesquels deux grandes figures du basket NBA –Kobe Bryant et Chris Paul-, ont rapidement pris le dessus sur leurs homologues tricolores malgré un sursaut en début de seconde période. Les « Allez les Bleus, Allez les Bleus » se sont faits très rares même si la cohorte française comptait dans ses rangs d’illustres sportifs comme Boris Diaw, Alain Bernard, Florent Manaudou voire Romain Girouille.

Peu d'occasions de s'enflammer

Menées 37-25 à la pause, puis 61-32 à l’issue du troisième quart-temps, les partenaires de Céline Dumerc ont sombré corps et âmes face au rouleau-compresseur adverse. La taille des joueuses d’outre-Atlantique a fait la différence dans une enceinte qui ne s’est véritablement enflammée qu’aux temps morts, lorsque le chauffeur de salle incitait les spectateurs à crier ou à manifester leur joie. Avec 30 points d’avance à 6’30 de la fin, les Ricaines pouvaient se congratuler sur le banc. Les deux entraîneurs faisaient tourner leur effectif et la rencontre s’achevait avec un score trop lourd pour le beau parcours des Bleues (86-50).

Le podium et la remise des médailles offraient heureusement davantage qu’un réconfort pour la leader du groupe et ses ouailles qui ont laissé échapper leur émotion (Sandrine Gruda et Clémence Beikes en tête). La communion avec les supporters restera probablement gravée dans les cœurs de ces demoiselles qui ont porté haut l’étendard du basket français, Céline Dumerc en tête.