Athlé dopage
Un tiers des athlètes des Mondiaux 2011 se seraient dopés, selon une étude réalisée par des chercheurs allemands | BERND THISSEN/EFE/Newscom/MaxPPP

Dopage: la Russie pas prête pour aller aux JO 2016, selon le patron de l'athlétisme européen

Publié le , modifié le

Les réformes engagées par la Russie, accusée de dopage organisé et suspendue de toute compétition en athlétisme, ne permettront pas à ses compétiteurs de disputer les JO 2016 à Rio, selon le président de l'Association européenne d'athlétisme, Svein Arne Hansen. "Pour le moment, la Russie doit satisfaire à certaines conditions, mais je ne la vois vraiment pas être présente à Rio" en athlétisme aux jeux Olympiques, en août prochain, a insisté M. Hansen dans un entretien au site athleticsweekly.com mardi.

Début décembre, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) avait  rendu publiques les mesures à prendre sans délai par la Russie pour pouvoir  prétendre participer aux grands événements. L'instance avait notamment demandé  aux responsables russes de fournir au plus tard le 15 décembre la liste des  athlètes dont ils pensent qu'ils seront sélectionnables pour les compétitions  internationales à venir.   Tous ces athlètes seront placés sur une liste de surveillance particulière.  Et aucun athlète non inscrit sur cette liste au moins six mois avant la  compétition internationale visée n'aura le droit d'y participer. Il faudra  également que ces athlètes aient subi trois tests inopinés hors compétitions.

"Je crois qu'ils veulent jouer le jeu"

Ces mesures seront supervisées par une "task force" qui rendra  régulièrement des comptes à l'IAAF sur l'avancée des efforts russes, et  soumettra en particulier au conseil de l'IAAF, le gouvernement de l'instance,  un rapport d'étape à l'occasion de sa prochaine réunion en mars à Cardiff, à  l'occasion des Mondiaux de semi-marathon. "Nous aurons le premier rapport de l'IAAF en mars, mais pour le moment, ils  doivent vraiment, vraiment faire un gros effort pour être présents à Rio. Ils  doivent opérer un changement culturel", a ajouté l'ancien président de la  Fédération norvégienne d'athlétisme. 

"Ils sont en train de travailler très dur pour s'améliorer. Des mesures  très dures leur ont été soumises, je crois qu'ils veulent jouer le jeu", a  cependant concédé M. Hansen. Les autorités russes restent, elles, confiantes quant à la participation  des athlètes russes aux JO-2016, ayant élaboré un plan anti-crise censé les  aider à lever cette suspension dans les prochains mois.

AFP