Chistian Donzé
Le DTN de la natation française, Christian Donzé | AFP - PIERRE VERDY

Donzé: "Très fier de cette équipe"

Publié le , modifié le

Le directeur technique national de la natation française, Christian Donzé, ne cache pas son bonheur devant les six médailles ramenées par ses troupes. Mais il sait que cette page olympique est désormais tournée, et que les Français seront les cibles de leurs adversaires dans les prochaines années.

- Quel est votre sentiment à la sortie de ces Jeux Olympiques ?
Christian Donzé:
"Très fier. très fier de cette équipe, de ces nageurs qui ont montré tout au long de la semaine qu'il ne fallait rien lâcher. Ils ont été remarquables. A titre personnel, c'est un bonheur, le sentiment que le sport français et la natation française gagnent au plus haut niveau pendant les Jeux Olympiques. Surtout qu'aux JO, il n'y a pas de première fois, il faut être prêt. C'est ce qui fait la difficulté de ce type de préparation. Il n'y a pas de hasard dans la performance. C'est la convergence de plusieurs facteurs physiques, techniques, psychologiques, un état d'esprit collectif, le respect des uns des autres. On a montré tout au long de la semaine que la France était faite de toute cette diversité. Quand on a le respect de l'autre, on est capable de grandes choses."

- Vendredi soir, c'est le petit frère de Laure Manaudou qui s'est fait un prénom...
C.D.:
"Il faut bannir de notre vocabulaire le "petit frère de". C'est Florent Manaudou qui est champion olympique. On a commencé par un titre avec une fille, on finit avec un titre de Florent Manaudou. Il est entré dans le panthéon du sprint mondial. C'tait le Usain Bolt du 50m. Il a sorti la course au moment où il le fallait. Je pensais que ça pouvait être une surprise, mais plus pour un podium. J'avais dit qu'il pourrait être rapidement le meilleur du monde sur 50m. En sachant se préparer, en abordant ces JO de façon sereine, concentrée, tout est possible."

"On remet les compteurs à zéro"

- Avec l'émergence de Florent Manaudou, les confirmations de Yannick Agnel ou Camille Muffat, et la retraite d'Alain Bernard, la natation française a opéré un changement de génération en douceur...
C.D.:
"Ca s'est effectivement opéré en douceur. Le comportement remarquable d'Alain, de Laure Manaudou, a énormément apporté à la sérénité de cette équipe. Pour eux-mêmes et qui s'est diffusée au sein de cette équipe. On ne peut pas réussir individuellement si derrière, il n'y a pas une force collective."

- Ne pensez-vous pas que les nageurs français vont avoir la pression lors des prochaines échéances ?
C.D.:
"Après les championnats d'Europe, l'équipe de France devait avoir beaucoup de pression pour les championnats du monde. Après les championnats du monde, il devait y avoir beaucoup de pression pour les Jeux Olympiques. Ils sont des compétiteurs, ils se préparent à ça. Maintenant, on finit les JO, on remet les compteurs à zéro pour repartir au travail."