Yakhouba Diawara et Tony Parker en 2008
Yakhouba Diawara et Tony Parker en Bleu en 2008 | AFP - JEAN FRANCOIS MONIER

Diawara, l'inattendu retour en Bleu

Publié le , modifié le

Cela faisait plus de 3 ans et demi que Yakhouba Diawara n'avait plus joué en équipe de France. L'ailier de Varèse, âgé de 29 ans, s'est vu offrir une nouvelle chance en étant appelé dans le groupe pour préparer les Jeux Olympiques de Londres. Ce mardi soir, il sera à Pau, avec les Bleus, pour leur 1er stage de travail intense.

Il a porté le maillot de Denver ou de Miami, et faisait partie de cette génération "Parker" victorieuse du championnat d'Europe juniors en 2000. Mais il n'est pas le plus connu. On peut même dire qu'il est méconnu. C'est un peu logique, Yakhouba Diawara n'a pas connu une évolution linéaire. Et son parcours en Bleu a épousé les mêmes contours. Appelé en équipe de France pour la première fois en juillet 2007, à même pas 25 ans, il n'y est resté que durant un an. Depuis, le néant. Pas une sélection, et même pas un coup de téléphone.

La surprise a dont été énorme lorsque le téléphone a sonné ce 9 mai dernier, lors de l'annonce du groupe préparant les Jeux Olympiques: "J'étais à l'entraînement. Et c'est Jacques Monclar qui m'a appelé à 11h30 pour me féliciter", sourit-il en racontant ce moment. Mais n'avait-il pas été contacté, vu des membres de l'encadrement de l'équipe de France pour le prévenir auparavant ? "Je n'ai pas eu de contact pendant 3 ans et demi-quatre ans", affirme-t-il. "Quand je suis revenu en Europe, j'avais le sentiment de faire mon boulot. Après, c'était le choix du coach".

"Excité de retrouver cette génération"

La semaine dernière, à l'INSEP, il a repris contact avec le groupe France, pour ce premier rassemblement. Avec bonheur et enthousiasme: "Je suis très content de retrouver les copains avec qui j'étais en junior", se réjouit-il. Certes, il n'a retrouvé que Boris Diaw, devant patienter jusqu'au stage de Pau pour revoir Tony Parker, et encore un peu plus pour que Ronny Turiaf arrive une fois la finale de NBA avec Miami terminée. "Je suis très excité de retrouver cette génération. J'ai très envie d'être dans l'Histoire".

Malgré ses 27 sélections, "The Yak" fait figure de nouveau en Bleu. "C'est à moi de m'adapter", glisse-t-il humblement. "L'équipe est déjà en place. J'espère apporter mon énergie". Avec son parcours tumultueux (débuts à Tremblay-en-France, puis Dijon, Southern Idaho Junior College, l'université de Pepperdine, de nouveau Dijon, puis Fortitudo Bologne, Denver, Miami, Brindisi et désormais Varèse), Yakhouba Diawara a eu le temps d'apprendre, de se perfectionner. "Tout le monde a évolué. Moi, dans mon dribble, mon pick-and-roll, en attaque, en défense", énumère-t-il.

Au départ plutôt apprécié pour ses qualités de défenseur, il est devenu une arme offensive, finissant 3e meilleur marqueur des play-offs italiens cette saison. Pour Vincent Collet, il pourrait donc représenter une belle option au soutien de Nicolas Batum, Mickaël Gelabale et Charles Kahudi, au poste d'ailier de l'équipe de France. En or à l'Euro juniors en 2000, en bronze à l'Euro espoirs en 2002, Yakhouba Diawara rêve de renouer avec un podium, avec cette génération avec laquelle tout a commencé.