Daniel Narcisse
Daniel Narcisse a encore réalisé un gros match face aux Suédois | JAVIER SORIANO / AFP

Des Experts rassurants

Publié le , modifié le

Les experts se sont rassurés avec une victoire plutôt convaincante lundi sur la Suède (29-26), qui lui permettra d'aborder son quart de finale mercredi contre l'Espagne avec sérénité. Chahutés et battus par l'Islande (29-30) lors de la dernière rencontre, les Bleus ont montré beaucoup de belles choses, notamment lors d'une première mi-temps excellente.

L'encadrement français n'était pas outre mesure inquiet après la défaite  concédée samedi face à l'Islande (29-30). Mais un second échec de rang aurait  fait tâche sur le CV et embrumé les esprits avant le tournant qu'est dans tout  tournoi le quart de finale. Ce succès offre aux tenants du titre, très appliqués pour l'occasion malgré  quelques frayeurs en fin de match, la 2e place de leur poule et les envoie dans  les pattes des Espagnols. Une équipe qu'ils connaissent sur le bout des doigts,  puisque nombre d'entre eux ont évolué en Espagne, et qui leur rappelle un  souvenir cuisant. Voilà pour les principaux enseignements la rencontre. 

Les Bleus restent satisfaits du contenu. "On a fait une superbe  première mi-temps défensivement. Après on a eu un peu plus de mal en deuxième.  Mais ils ont eu de la réussite au tir et c'est difficile de tenir avec la même  intensité pendant tout le match. Sur le contenu, c'est bien. On se débrouille  pas mal sur la (défense) 6-0, qui n'est pas dans notre habitude", a souligné Nikola Karabatic. "On s'est retrouvé avec  de l'enthousiasme, de l'énergie. On a fait une première mi-temps  exceptionnelle. Sûrement même en surrégime. Inconsciemment en deuxième mi-temps  on a voulu garder de l'énergie pour le quart", a renchéri le sélectionneur Claude Onesta.

"Une première mi-temps exceptionnelle"

Probablement désireux d'éviter en quart le Danemark, champion d'Europe en  titre, les Français sont entrés dans la partie comme des morts de faim. Encore  friable par instant contre l'Islande, la défense a monté d'un ton dans  l'intensité et l'agressivité. Du coup, ils ont mené très 5-1 grâce à un 5-0 et des arrêts de Thierry Omeyer. En attaque, la ligne arrière tricolore a rapidement pris ses marques, avec  un Nikola Karabatic presque aussi étincelant qu'avait pu l'être Jérôme  Fernandez contre l'Islande.

Les Bleus ont assez rapidement créé un écart de cinq buts (10-5, 18e), ce  qui a permis de relancer dans le bain Xavier Barachet, à qui Fernandez avait  été préféré à droite. Le jeune arrière avait vécu un calvaire face aux  Islandais, incapable de prendre la moindre initiative. Un bon passage de l'ailier gauche Samuel Honrubia - substitut de luxe à Michaël Guigou -, avec trois buts  consécutifs, a écoeuré le gardien suédois, remplacé avant la mi-temps, et aidé la France à atteindre la pause avec six buts d'avance  (18-12). Le coach Claude Onesta ne cachait pas satisfaction: "Nous avons réalisé une première mi-temps exceptionnelle". 

Poussifs sur la fin

Les Français ont ensuite quelque peu bafouillé leur entame de deuxième  période. Les Suédois ont trouvé des solutions nouvelles, en servant leur pivot  Andreas Nilsson. Mais la défense française n'a pas tardé à s'adapter. Les Bleus ont encaissé un 3-0 pour débuter et ont du batailler face à des Suédois très physiques. Heureusement, en attaque, Mickaël Guigou, aux abonnés absents depuis le début du tournoi a  démontré sa capacité de réaction, avec deux actions décisives. Karabatic, de  retour à un très bon niveau, a continué à aligner les coups d'éclat.

Mais trois arrêts de Mattias Andersson sur Luc Abalo (deux fois) et  Fernandez ont rendu la fin de match assez tendue pour les Français. Onesta a lancé le gardien remplaçant  Daouda Karaboué, entré à la place de Thierry Omeyer, y  est aussi allé de sa contribution -un pénalty arrêté et deux arrêts en dix minutes- pour sauver l'essentiel. Une victoire qui lance les choses sérieuses: le quart de finale contre l'Espagne. "Il va falloir bien récupérer pour ce match couperet", a dit le capitaine Jérôme Fernandez. "L'Espagne,  c'est une équipe qui nous a battus il y a six mois (à l'Euro). On les a battus  il n'y a pas longtemps (à l'Eurotournoi), mais on n'était pas dans une forme  égale. Toutes les équipes qui sont en quarts peuvent potentiellement être  médaillables."

Les dernières minutes de France-Suède

 

Mathieu Baratas