"Des dizaines d'athlètes vraisemblablement" privés des Jeux de Rio selon Thomas Bach

"Des dizaines d'athlètes vraisemblablement" privés des Jeux de Rio selon Thomas Bach

Publié le , modifié le

Dans une tribune adressée au Monde, Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO), estime que des dizaines d'athlètes pourraient "vraisemblablement" être privés des Jeux de Rio. Ceci serait le résultat de la décision du CIO d'analyser des échantillons des JO de Pékin en 2008 et Londres en 2012 selon "les méthodes scientifiques les plus récentes".

Tomas Bach hausse le ton. Les révélations du New York Times sur un supposé dopage d'Etat lors des Jeux Olympiques de Sotchi 2014 oblige le président du Comité international olympique (CIO) à sortir du bois, dans une tribune adressée au Monde. Dans ce texte, Bach brandit la menace d'interdiction de participer aux Jeux Olympiques de Rio (5-21 août prochain) pour les athlètes dopés en 2008 ou en 2012. "Le CIO a déjà prouvé sa détermination il y a quelques mois – sans tenir compte d’un sport ou d’un pays – en décidant de réanalyser certains échantillons des Jeux olympiques de Pékin 2008 et Londres 2012, ciblés spécifiquement, selon les méthodes scientifiques les plus récentes. Cette action décisive devrait vraisemblablement empêcher des dizaines d’athlètes dopés de participer aux Jeux olympiques de Rio 2016", écrit Thomas Bach. Ceci fait écho à l'annonce de 31 nouveaux cas de dopage décelés lors des JO de Pékin.

Un "degré de criminalité sans précédent"

Le président du CIO est revenu sur les accusations à l'encontre du laboratoire antidopage de Sotchi, des "allégations très détaillées et par conséquent très inquiétantes" selon lui. La semaine dernière, l'ancien patron du laboratoire de Moscou Grigory Rodchenkovn expliquait, au New York Times, les méthodes étatiques employées pour contourner les contrôles lors des JO d'hiver de 2014. "Nous avons donc demandé à l’AMA de mener une enquête approfondie et d’envoyer un rapport complet au CIO", annonce Bach qui demande au laboratoire de Lausanne où sont conservées les échantillons des contrôles de 2014 "de procéder, en collaboration avec l’AMA, à leur analyse avec les moyens les plus efficaces et les plus modernes à disposition". Le président du CIO s'inquiète de "la nouvelle dimension choquante du dopage, assortie d’un degré de criminalité sans précédent."

Tolérance zéro

Dans sa tribune, Thomas Bach insiste sur la volonté du Comité international olympique d'éradiquer toute forme de dopage et assure à tous les athlètes "intègres" que son organisme s'appuiera sur une politique de "tolérance zéro, non seulement vis-à-vis des athlètes individuels, mais aussi des membres de leur entourage". Ainsi, Bach rappelle que les sanctions pourront aller jusqu'à une "suspension olympique à vie pour toute personne impliquée à de lourdes sanctions financières, voire à la suspension ou à l’exclusion de fédérations nationales entières, comme c’est actuellement le cas pour la Fédération russe d’athlétisme, sanctionnée par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF)".

La Russie privée des Jeux de Rio ?

Dans cette veine, Thomas Bach n'hésite pas à faire planer un doute sur la participation de la Russie aux Jeux Olympiques de Rio. "Les résultats de l’enquête de l’AMA influenceront aussi fortement la nature de la participation d’athlètes russes aux Jeux olympiques de Rio 2016. Si l’existence d’un système organisé contaminant d’autres sports était avéré, les Fédérations Internationales et le CIO devraient avoir une décision difficile à prendre, entre responsabilité collective et justice individuelle". A 79 jours de la cérémonie d'ouverture, le dopage jette déjà un voile sur les Jeux Olympiques 2016.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot