Le Stade Olympique de Londres et son ambiance festive
Le Stade Olympique de Londres et son ambiance festive | DR

Dans l'antre du stade olympique, le jardin des athlètes

Publié le , modifié le

Programme intense ce matin en athlétisme avec notamment les séries du 4x100 m et l’heptathlon. Dans une enceinte archi pleine et une atmosphère idéale, les stars de la disciplines –Usain Bolt en tête- s’en sont donnés à cœur joie.

Jessica Ennis, Justin Gatlin, LaShawn Merritt ou encore Oscar Pistorius, les vedettes de l’athlé étaient à l’honneur pour cette deuxième matinée olympique concernant le sport roi. Un peu après 11h, l’heptathlète britannique enflamme une première fois le stade en réalisant 6,43 m à la longueur. Les spectateurs (80 000 au total, assez fantastique à cette heure-ci) se régalent déjà en attendant les stars du 100 m qui achèvent leur échauffement.Les séries du 400 m réchauffent encore l’atmosphère avec une course disputée dans une ambiance extraordinaire pour pousser le local

Le Royaume uni derrière ses athlètes

Nigel Levine qui arrache sa qualification grâce à une belle troisième place. Pendant ce temps-là, l’heptathlon continue : entre chaque saut, les engagées réclament l’appui du public et l’obtiennent sans problème. On savait les Anglais friands de sport en général et d’athlé en particulier, mais on ne peut que s’incliner devant tant de ferveur.

Exemple typique de cette tradition qui émane de l’école, les spectateurs applaudissent en connaisseurs les protagonistes malheureux ou malchanceux. A 11h20, LaShawn Merritt coupe son effort peu après le départ de son premier 400 m : il se ressent d’une pointe à la cuisse gauche et doit abandonner son titre olympique sans pouvoir se battre. Beau joueur, il salue néanmoins la foule qui lui réserve une ovation méritée. Juste derrière, les drapeaux belges s’agitent : les frères Borlée valident leur qualif sans souci, Kevin réussissant une course splendide au couloir numéro 2.

Musique rock pour chauffer l'ambiance

Au dessus du stade, les nuages laissent peu à peu place à un franc soleil. Mais le vent reste assez fort ce qui n’arrange pas les perchistes qui déchantent à l’image de Marion Lotout, éliminée après son troisième échec à 4,25 m. Pendant ce temps, le speaker fait chauffer la marmite avec sa sono qui crache le « we will rock you » du groupe Queen juste avant l’ultime passage de la belle Ennis dans le bac à sable. Elle retombe à 6,48 m à son dernier essai. Clameur et drapeaux de l’Union Jack célèbrent la perf. Antoinette Nana-Djimou ne joue pas dans la même catégorie, malheureusement.

Le DJ continue de s’éclater aux manettes en diffusant des standards (Bowie, Blondie, Daft Punk) entre chaque épreuve, histoire de ne pas refroidir l’assistance qui ne manque pas de rendre hommage à la Turque Uslu Binnaz, arrivée près d’une minute après les autres sur le 3000 m steeple. Encore une autre manifestation de l’éducation et du fair play britanniques. « Mens sana in corpore sano » semble être la devise de ce peuple féru de compétition sportive.

Bolt fait son show

Lors des série du 100 m, toutes les stars sont ovationnées mais un bruit assourdissant vient saluer le show Usain Bolt qui s’échauffe avec sa capuche, passe ses mains sur son crâne et effectue une petite prière juste avant son sprint. Présenté à juste titre par le speaker comme l’homme le plus rapide du monde,  « la Foudre » suscite une passion démesurée et assure avec un chrono de 10.09 certes loin de l’Américain Ryan Bailey (9.88) ou de Justin Gatlin (9.97). Le public applaudit à tout rompre. Ici, l’athlète est dans son élément. Dimanche soir, il tentera de rester la référence absolue de la ligne droite. Dans son match dans le match avec Blake, il a déjà gagné les cœurs.