CIO Lausanne
Le siège du Comité international olympique à Lausanne (Suisse). | AFP

Coronavirus - Tokyo 2020 : Le CIO se donne 4 semaines pour se prononcer sur un éventuel report

Publié le , modifié le

Au terme d'une réunion de crise tenue dimanche avec les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo 2020, le Comité international olympique a annoncé qu'il se prononcerait d'ici quatre semaines sur un éventuel report. L'événement, toujours fixé entre le 24 juillet au 9 août prochain, est menacé par l'expansion non-contrôlée de la pandémie de Covid-19. C'est la première fois qu'un report est évoqué par l'instance.

Alors qu'il prônait l'attente et la patience, le Comité international olympique s'est réuni en urgence avec le Comité d'organisation de Tokyo 2020, ce dimanche, pour évoquer un éventuel report des Jeux olympiques prévus cet été. L'information a d'ailleurs été rapidement transmise aux médias diffuseurs, laissant croire qu'une décision radicale serait prise dans les minutes qui suivent. Finalement, le CIO n'a rien décidé. L'instance olympique a simplement fixé une deadline pour trouver une solution. Elle devrait être annoncée avant le dimanche 19 avril. 

Le seul mérite de cette réunion de crise aura été d'oser parler pour la première fois d'un report. Vendredi dernier, Thomas Bach, le président du CIO, refusait toute précipitation. "Pour nous, ce ne serait pas responsable aujourd'hui et ce serait prématuré de partir dans des spéculations et de prendre une décision”, expliquait-il depuis Tokyo. Le mot d'ordre reste le même, mais les spéculations ont bel et bien commencé. 

à voir aussi Coronavirus - André Giraud : "Impensable de faire débuter les JO le 24 juillet" Coronavirus - André Giraud : "Impensable de faire débuter les JO le 24 juillet"

Une annulation "pas à l'ordre du jour"

Dans une lettre personnelle adressée aux athlètes, Thomas Bach insiste sur les conséquences négatives que pourraient produire d'une part l'annulation, et de l'autre un report. "Contrairement à d'autres événements sportifs, reporter les Jeux olympiques est un défi très complexe", explique-t-il en évoquant sans vouloir être exhaustif "les millions de nuits d'hôtel déjà réservées" et la difficulté de composer avec "les calendriers de 33 sports olympiques". Si report, il y a, aucune indication n'est donnée quant à une période préférentielle. Fin 2020 ? En 2021 ? Tout reste flou.

A défaut de se prononcer sur ce qu'elle va faire, l'instance olympique explique ce qu'elle ne compte pas faire. "L'annulation des Jeux olympiques détruirait le rêve olympique de 11 000 athlètes, venant de 206 comités olympiques nationaux (...). L'annulation ne résoudrait aucun problème et n'aiderait personne. C'est pourquoi, elle n'est pas à l'ordre du jour", précise Thomas Bach. Mais encore une fois, la propagation du Covid-19 pourrait pousser le CIO à changer de discours et de stratégie. La barre des 300 000 cas à travers le monde a déjà été franchie et certains pays comme l'Italie ou l'Espagne, particulièrement meurtris, n'ont pas encore atteint le pic de l'épidémie.

à voir aussi Le report des JO de Tokyo pourrait devenir "inévitable", selon le Premier ministre japonais Le report des JO de Tokyo pourrait devenir "inévitable", selon le Premier ministre japonais