Tokyo 2020 : Le CIO a "raté une chance de montrer de l'empathie", selon un ancien directeur général de l'instance

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Urs Lacotte
Urs Lacotte (à droite) ici en compagnie de l'ancien président du CIO, Jacques Rogge. | MARK RALSTON / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Comité international olympique qui a pour la première fois évoqué dimanche un possible report des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 face à la pandémie de Covid-19 "a raté une chance de montrer de l'empathie", a estimé lundi Urs Lacotte, ancien directeur général de l'instance.

"La communication est trop défensive et technique, pas assez près des gens dans ces jours difficiles", a déclaré dans un entretien à l'AFP Urs Lacotte, directeur du CIO de 2003 à 2011, sous la présidence du Belge Jacques Rogge. Malgré les nombreux appels au report lancés depuis plusieurs jours par des sportifs et des Comités nationaux olympiques, le CIO a attendu dimanche pour évoquer pour la première fois un possible report des JO de Tokyo qui doivent débuter le 24 juillet.

Ce lundi, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a admis qu'un report "pourrait devenir inévitable" face à la pandémie de Covid-19. M. Lacotte a rappelé que c'est Jacques Rogge qui, en 2003, avait décidé de constituer une réserve financière pour que le CIO puisse faire face à une éventuelle annulation des JO.

à voir aussi Coronavirus - Tokyo 2020 : Le CIO se donne 4 semaines pour se prononcer sur un éventuel report Coronavirus - Tokyo 2020 : Le CIO se donne 4 semaines pour se prononcer sur un éventuel report

350 millions de dollars en réserve

Médecin de profession, Jacques Rogge avait évoqué parmi les risques celui de pandémie, pour justifier la constitution par le CIO d'une réserve d'environ 350 millions de dollars afin de faire face à une crise. Pour Urs Lacotte, âgé de 66 ans et de nationalité suisse, "si jamais on retarde les Jeux, il faut profiter de cet arrêt pour réfléchir aux leçons que le mouvement sportif doit tirer suite à cette crise mondiale."

"Le sport de compétition doit se rendre compte que la bulle de croissance incessante dans laquelle il se trouve, avec un calendrier surchargé, vient d'éclater. C'est le moment où le sport doit se demander si la direction engagée est encore la bonne", a-t-il ajouté.

à voir aussi Coronavirus - Yohann Diniz : "Le CIO ne doit pas prendre en otages des milliers d'athlètes" Coronavirus - Yohann Diniz : "Le CIO ne doit pas prendre en otages des milliers d'athlètes"
AFP