Corinne Maitrejean
Corinne Maitrejean | GIUSEPPE CACACE / AFP

Corinne Maîtrejean, un destin olympique

Publié le , modifié le

Vice-championne d'Europe 2012 et médaillée de bronze au Mondial 2005 -à chaque fois par équipes, Corinne Maîtrejean vise à Londres la breloque olympique qui couronnerait sa carrière.

Située dans le Top 10 mondial depuis 5 ans quasiment sans interruption, la native de Tassin-la-Demi-Lune est ce qu'on a coutume d'appeler une valeur sûre de l'escrime. Avec 12 podiums en Coupe du monde (dont 3 succès) et deux titres de championne de France, "Coco" n'a plus rien à prouver. Elle entend seulement réussir là où la résonnance dépasse largement le cadre traditionnel de son sport, aux Jeux Olympiques.

Mental parfois défaillant

La fleurettiste lyonnaise est le fer de lance de son arme, davantage encore que Astrid Guyart, la sœur du double champion olympique Brice. A 32 ans révolus, Corinne Maîtrejean se sait capable d'aller chercher la perf qui la fera entrer dans l'histoire du sport ayant donné le plus de médailles à la France depuis 1996.

Seule représentante française au fleuret cet été, la droitière coachée par Maître Malachenko et Maître Beaudan ne possède pas un gabarit impressionnant mais elle évolue sur une autre palette avec de grosses qualités techniques et une souplesse déterminante. En revanche, elle bloque encore parfois au niveau mental comme en atteste son échec en quarts de finale des Mondiaux 2011 à Catane lorsqu'elle laissa passer une grosse occasion de battre Valentina Vezzali après avoir mené de quatre touches à une minute de la fin. Dominée à la touche décisive, la Rhodanienne avait gâché une superbe chance de médaille d'or. Elle n'en sera que plus redoutable lors des ces JO.