Stade Cérémonie d'ouverture
La cérémonie bat son plein à Sotchi | AFP - Damien Meyer

C'est parti pour les Jeux de Sotchi

Publié le , modifié le

La cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques a débuté ce vendredi à 17h14 à Sotchi, soit 20h14 heure russe, en référence à l'année 2014. Dans un stade Fisht éclairé de bleu et violet, 40.000 spectateurs ont pris place. Rompant avec la tradition, les Russes ont choisi de faire défiler les délégations en début de cérémonie. A 19h29, Valdimir Poutine a déclaré ouverts les 22e jeux Olympiques d'hiver.

REVIVEZ LA CEREMONIE D'OUVERTURE DES JEUX OLYMPIQUES DE SOTCHI

Le président du CIO Thomas Bach avait prédit une superbe cérémonie d'ouverture pour les JO de Sotchi. Sur le toit d'un stade Fisht occupé par 40.000 spectateurs, un feu d'artifice a illuminé la nuit de Sotchi avant que l'on ne découvre le visage d'une petite fille. Après un tableau féérique mettant en scène les lettres de l'alphabet cyrillique, cette dernière s'est élevée dans les cieux pour tutoyer des représentations traditionnelles du peuple russe. Le producteur de l'évènement, Konstantin Ernst, avait précisé que le show serait une "carte de visite" de la Russie et "un  voyage dans les profondeurs de notre histoire" durant deux heures et demie. Petit couac toutefois, un des cinq anneaux olympiques ne s'est pas dévoilé... sauf pour les téléspectateurs russes trompés par les 15 secondes de différé...

Poignée de main chaleureuse entre Bach et Poutine

Le premier temps fort de cette cérémonie a eu lieu à 17h24 (20h24 heure russe), avec la poignée de main entre Thomas Bach et le président russe Vladimir Poutine, en tribune présidentielle. Les deux hommes sont entourés d'une quarantaine de dignitaires du monde entier. Parmi les hôtes les plus en vue figurent le secrétaire général des Nations  unies Ban Ki-moon, le président chinois Xi Jinping, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et le chef de l'Etat ukrainien Viktor Ianoukovitch, qui a  fait le déplacement en dépit d'une grave crise politique dans son pays. Cependant, le président américain Barack Obama et plusieurs dirigeants européens parmi lesquels le français François Hollande et allemand Joachim  Gauck, ne viendront pas à Sotchi. Une absence interprétée comme une volonté de  marquer leur désapprobation envers la Russie après l'adoption d'une loi réprimant la "propagande" homosexuelle devant mineurs. 

D'habitude, les délégations défilent après le spectacle. Pour l'organisation de leurs premier jeux Olympiques d'hiver, les Russes ont choisi de rompre avec cette tradition. En revanche, ils ont respecté celle qui offre à la Grèce les honneurs d'ouvrir le défilé. Suivant l'alphabet cyrillique, les 87 autres délégations ont pris la suite des Hellènes.

Vidéo: Le défilé de la délégation française​​

Trois-quart d'heure plus tard, les 114 athlètes français (19 en ski alpin, 36 en ski nordique, 21 en ski freestyle, 13 en snowboard et 25 en glace) menés par Jason Lamy Chappuis faisaient leur apparition sous des applaudissements nourris, dont ceux de Jean-Claude Killy. Le skieur triple champion olympique aux Jeux de Grenoble 1968 (descente, géant, slalom) est un des trois membres tricolores du CIO et a supervisé les travaux à Sotchi.

A 18h21 (21h21 heure russe), le pilote de bobsleigh Alexandre Zoubkov et ses 231 compatriotes russes ont clôturé la marche des athlètes sur une version adaptée de "We will rock you", au coeur d'un stade Fisht en fusion. Le temps de laisser la délégation locale rejoindre les tribunes et le film nommé "L'Odyssée russe" pouvait lancer le début du spectacle retraçant l'histoire de la Russie depuis les années 900-1000, années où les premiers peuples ont commencé à réellement investir la future terre soviétique. Pierre le Grand, tsar de Russie dès 1682 et premier empereur de l'empire russe de 1721 à 1725 a été la première personnalité mise à l'honneur. 

Des symboles comme la troïka, traineau tiré par un attelage de trois chevaux (vingt mètres de hauteur chacun, voir tweet), allégorie de la grandeur de la Russie ou les coupoles de la cathédrale Saint-Basile, comme celles présentes sur la Place Rouge lui ont succédé. Le directeur du ballet de Bolchoï accompagné de nombreux danseurs fait la transition jusqu'au XXe sicèle et l'évocation des révolutions de 1917. La suite a consacré les changements intervenus à Moscou durant le XXe avant que Dmitri Chernyshenko, président général du Comité d'organisation de ces JO 2014, puis Thomas Bach ne prennent la parole au centre de l'arène.

Bach: "Régler les désaccords par un dialogue politique direct et pacifique"

Chernyshenko a déclaré que ces Jeux de Sotchi allait "inspirer les générations à venir." Le président du CIO, champion olympique en 1965, a pour sa part salué "l'attachement au sport olympique" du président Poutine et du Comité d'organisation, avant d'appeler les nations occidentales à "ne pas se servir de leurs athlètes" pour faire pression sur le pouvoir russe. "Ayez le courage de régler vos désaccords par un dialogue politique direct et pacifique et non pas sur le dos des athlètes". Quelques minutes plus tard, Vladimir Poutine déclarait ouverts les 22e jeux Olympiques d'hiver. La musique du "Lac des Cygnes" de Tchaïkovski retentissait alors dans le stade Fisht accompagnée d'une superbe chorégraphie. L'hymne russe lui emboitait le pas, ouvrant la voie à huit anciens athlètes russes munis du drapeau olympique. Trois engagés prêtaient serment au nom de leurs 2874 collègues. Un ultime tableau "Les Dieux olympiques" achevait le spectacle.

Ne restait plus qu'à découvrir le nom de la célébrité appelée à allumer la vasque olympique. Maria Sharapova, Yelena Isinbayeva, Alexandre Karelin et Alina Kabaeva se donnaient la flamme, puis la confiait à la patineuse Irina Rodnina et au hockeyeur Vladislav Tretyak, chargés d'enflammer le stade Fisht jusqu'au 23 février. L'enceinte olympique s'embrasait enfin de l'extérieur et de l'intérieur pour clôturer cette cérémonie d'ouverture en beauté. 

 Vidéo: La flamme olympique s'allume

Théaux: "C'était parfait"

Tous trois présents aux côtés de leur porte-drapeau Jason Lamy Chappuis, les patineurs Florent Amodio et Brian Joubert ainsi que le skieur Adrien Théaux ont apprécié la cérémonie d'ouverture, comme ils l'ont confié au micro de France Télévisions. "C'était incroyable, grandiose. On a tous chanté la "Marseillaise" en choeur, c'était un grand moment", s'est félicité le premier. "Fabuleux, c'était la plus belle que j'aie jamais vu par rapport au stade et à l'ambiance", a surenchéri le second, déjà présent aux Jeux de Turin et Vancouver.

"C'était parfait, une grande première pour nous, a conclu le troisième. Le public en face de nous quand on sort, ça reste marqué. C'est un beau et grand moment." En course pour la descente dimanche, Théaux regrettait toutefois de ne pas avoir pu rester jusqu'au bout, pour ne pas perdre trop d'influx. A Vancouver il y a quatre ans, les membres de l'équipe de France de ski alpin n'avait pas eu droit à défiler avec la délégation. Ils n'avaient ramené aucune breloque. Leur petite permission permettra-t-il de faire gonfler le tableau des médailles?

Vidéo: Le résumé de la cérémonie d'ouverture

<img src="https://sport.francetvinfo.fr/sites/default/files/styles/image_header_liste/public/images/video/2014/02/07/6075/5eae650e96573e6177a67f8264fc929c3871a23e_e64ba027bd48c081311698cb4daef069.jpg?itok=2IRKw_4F" width="660" height="330" alt="Voir la vidéo SGV Sport" title="Voir la vidéo SGV Sport" />

<img src="https://sport.francetvinfo.fr/sites/default/files/styles/image_header_liste/public/images/video/2014/02/07/6075/5eae650e96573e6177a67f8264fc929c3871a23e_e64ba027bd48c081311698cb4daef069.jpg?itok=2IRKw_4F" width="660" height="330" alt="Voir la vidéo SGV Sport" title="Voir la vidéo SGV Sport" />

<img src="https://sport.francetvinfo.fr/sites/default/files/styles/image_header_liste/public/images/video/2014/02/07/6075/5eae650e96573e6177a67f8264fc929c3871a23e_e64ba027bd48c081311698cb4daef069.jpg?itok=2IRKw_4F" width="660" height="330" alt="Voir la vidéo SGV Sport" title="Voir la vidéo SGV Sport" />

Jerome Carrere