Cesar Cielo
Le Brésilien Cesar Cielo, ancien patron du 50m nage libre | AFP - AGENCIA ESTADO - FABIO MOTTA

Cesar Cielo assure les minima sur 50m, pas encore sa place aux Jeux

Publié le , modifié le

Avec le meilleur temps des séries (21"99) lors du tournoi Maria-Lenk, qui sert de qualification pour les Jeux Olympiques, Cesar Cielo, triple champion du monde et champion olympique du 50m nage libre, a réalisé les minima pour les JO. Face à une intense concurrence (Duarte a nagé en 22"08 en décembre, Fratus en 21"50), le recordman du monde de la distance doit confirmer lors de la finale, puisque seulement deux places envoient les Brésiliens aux Jeux.

En 2008, il explosait à la face du monde, en devenant champion olympique du 50m (et en bronze sur 100m), devant Amaury Leveaux et Alain Bernard, tout juste sacré sur 100m. En 2009, il amplifiait le mouvement en devenant champion du monde du 50 et du 100m nage libre, au nez et à la barbe des Français. Derrière, il est resté le maître du 50m aux Mondiaux de Shanghaï en 2011, et à ceux de Barcelone en 2013. Son exubérance lors de ses victoires, souvent accompagnée de larmes, ont fait le tour du monde. Mais depuis, Cesar Cielo se débat avec des blessures, qui l'ont notamment fait abandonner les Mondiaux de Kazan en 2015, le manque de confiance et les changements d'entraîneur.

Chef de file de la natation brésilienne, véritable star dans son pays, à 29 ans, le sprinteur rêve de briller aux Jeux de Rio, devant son public. Mais ce n'est pas simple. Pour la première fois, ce matin, à Rio, il a réalisé les minima (22"27) en réalisant le meilleur temps des séries (21"99) du tournoi Maria-Lenk, qui sert de qualification pour les JO. C'est sa dernière chance. Il s'est ainsi replacé dans la course, devenant le deuxième Brésilien le plus rapide de l'année. Là est son autre souci: la concurrence. Jusque-là, Italo Manzine Duarte possédait le deuxième temps, en 22"08, qu'il avait nagé en décembre dernier. Ce matin, il a fini en 22"16. Et devant, la fusée Bruno Fratus. Véritable rival de Cielo, le Carioca conserve la main avec un temps de 21"50, également réalisé en décembre, même s'il n'a réalisé que le 6e temps des séries ce matin (22"35). Quatrième du 50m nage libre olympique à Londres en 2012, 3e aux Mondiaux de Kazan en 2015, il est devenu le leader du sprint auriverde, et son temps de référence semble suffisant pour lui assurer l'un des deux tickets pour cet été.

Il connaît la pression

"Il y a peu de moments où on a tant de pression dans une carrière, comme dans une finale olympique ou mondiale, et j'étais dans une situation très tendue pour un Brésilien", a déclaré Cielo après sa course. "Ca donne envie de donner un peu plus, de relever un défi aussi difficile que celui-ci", a-t-il ajouté. "Je vais revenir (cette après-midi) pour essayer de faire un temps encore meilleur. Je n'ai pas fait le temps que je voulais. Ceci dit, j'ai pour l'instant le deuxième billet, mais je peux faire mieux. La semaine dernière, j'ai fait un temps un peu meilleur". 

Pour mettre toutes les chances de son côté, Cesar Cielo a décidé de faire l'impasse sur le 100m, alors qu'il avait gagné sa place pour la finale de ce tournoi. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze