La joie des Françaises
La joie des Françaises | BERTRAND GUAY / AFP

Ces Bleues peuvent voir loin

Publié le , modifié le

L'équipe de France féminine a parfaitement conclu sa préparation en vue des jeux Olympiques en battant avec la manière le Japon, champion du monde en titre, (2-0) en amical, à au Stade Charléty.

La France, 4e de la Coupe du monde-2011, et qui fera partie des outsiders  lors de son baptême olympique, a disputé trois matches pour trois victoires,  après ses succès face à la Roumanie (6-0), la Russie (3-0) et donc le Japon. Avec sept éléments de l'Olympique Lyonnais sur la pelouse au coup d'envoi,  les joueuses de Bruno Bini ont contenu, parfois non sans mal, un adversaire  bien plus dangereux que ceux rencontrés précédemment. Les principales satisfactions sont d'ailleurs à chercher du côté de la  défense. Dans l'axe, la robuste Wendie Renard (1,85 m) a été souvent tranchante  dans ses interventions à l'image aussi d'une Corine Franco très dynamique au  poste de latérale droit. Au niveau de l'animation offensive, leur jeu, qui avait penché trop à  droite à Beauvais contre la Russie, s'est rééquilibré grâce à l'activité de  Louisa Necib, qui a souvent trouvé Marie-Laure Delie dans la profondeur.

Bouhaddi, parade décisive

C'est cette dernière qui ouvrait le score à la 24e minute en remportant  avec sang-froid son duel face à la portière nippone (1-0). En première période,  la domination était globalement française mais les incursions des japonaises  faisaient frissonner Charléty, premier stade parisien où se produit l'équipe de  France féminine. Juste avant la pause, Miyama frappait sur le poteau puis la gardienne  tricolore Sarah Bouhaddi, s'interposait quelques instants plus tard de manière  décisive. En seconde période, c'est Renard d'un beau coup de tête qui sécurisait à la  74e minute cette victoire de prestige contre les championnes du monde en titre,  un résultat réellement encourageant tant cette équipe de France a eu dans le  passé du mal à s'imposer nettement contre les cadors mondiaux (2-0).

Trois matches, trois victoires, aucun but encaissé, tous les indicateurs  sont en apparence au vert, même l'absence prolongée de la capitaine Sandrine  Soubeyrand, qui devrait être rétablie pour les JO, n'ayant pas semblé gêner les  Bleues lors de cette phase de préparation. Elles ont fait le plein de confiance avant le choc du 25 juillet contre  l'épouvantail américain à Glasgow, premier match du tournoi olympique, où elles  seront très attendues, surtout après l'échec de leurs homologues masculins à l'Euro.

Déclarations :

Bruno Bini (sélectionneur): "Au niveau  international, il n'y a rien qui est facile que ce soit la Roumanie, la Pologne  (...) Ce n'était qu'un match de préparation comme les autres, je me répète. Les  choses sérieuses vont commencer dans cinq jours. Elles ont été brillantes parce  que là on a joué contre une grosse équipe. Le bilan de la préparation est  positif, on a pu donner du temps de jeu à un peu tout le monde. C'est nouveau  que j'ai plusieurs joueuses à un même poste qui assurent le même niveau de  performance. Je ne connais pas encore mon équipe de départ contre les  Etats-Unis. Sandrine Soubeyrand (la capitaine, NDLR) sera peut-être apte. C'est  important qu'elle puisse revenir, elle saura elle-même si elle est en état.  Dans l'histoire de l'équipe de France, la relation entre le capitaine et le  sélectionneur est très importante. On l'a vu avec Deschamps et Jacquet, Platini  et Hidalgo. Dans la vie il vaut mieux avoir des problèmes de riche que des  problèmes de pauvres. On arrive à doubler tous les postes avec les jeunes qui  arrivent. Elles ont gagné en expérience, maintenant on est à l'abri de rien. Il  y a un an on disait qu'on avait une équipe en bois, maintenant on nous dit  qu'on va être champions olympiques. Je m'attends à tout."

AFP