Le bobsleigh
Le bobsleigh américain lors des répétitions sur la piste de Sotchi | AFP - RIA NOVOSTI - VLADIMIR ASTAPKOVICH

Ce qu'il faut savoir sur le bobsleigh

Publié le , modifié le

C'est l'un des sports les plus spectaculaires des Jeux Olympiques d'hiver. Mais aussi l'un des plus dangereux, avec le risque à chaque virage de se renverser, et de glisser jusqu'à la partie plane, la tête en bas.

Deux bobs, deux tailles, deux poids

D’une taille de 2.70m de long pour l’engin à deux personnes, le bobsleigh passe à 3.35m pour les compétitions à quatre. Et ces soixante centimètres de plus, mais surtout les deux personnes supplémentaires, font passer le poids pratiquement du simple (390kg maximum avec l’équipage à 2) au double (630kg maximum avec quatre personnes). En revanche, la largeur reste la même quelque soit la discipline, avec seulement 67 cm de largeur.

Une deuxième carrière pour certains

A travers le temps, le bobsleigh est devenu une possibilité pour certains athlètes de se reconvertir. Nécessitant force et vitesse lors de la poussée, cette discipline a attiré quelques gloires passées. Ainsi, le champion du monde du décathlon, Torsten Voss, est devenu un bobeur confirmé, devenant vice-champion du monde de bob à quatre (1997) dix ans après son titre en décathlon. La spécialiste du 100m haies, Lolo Jones, a également intégré l’équipe américaine, remportant la médaille d’or dans l’épreuve mixte des Mondiaux de St Moritz. En France, Eunice Barber, double championne du monde (heptathlon et longueur), a tenté l’expérience, mais n’a pu aller jusqu’aux Jeux Olympiques de Vancouver, en 2010.

Un cœur bien accroché

Le record absolu d’un bobsleigh, c’est 152.68km/h. Mais les vitesses atteintes sur les pistes de compétitions avoisinent les 140km/h. Pour atteindre cette vitesse, les bobeurs ont 50m pour s’élancer à la course, puis, c’est la pente, les virages et la force centrifuge et force centripète que le pilote doit gérer au mieux grâce aux deux patins placés à l’avant. L’objectif : assurer les meilleures trajectoires pour maximiser la vitesse sans pour autant se renverser. Néanmoins, même en cas de renversement, si les bobeurs son à l’intérieur, le temps sera comptabilisé. A ce jeu de forces et de vitesse, les bobeurs encaissent jusqu’à cinq G, soit cinq fois leur poids. 

Les femmes, invitées tardives

Le bobsleigh féminin a mis très longtemps à éclore au niveau international. Intégré dès les premiers Jeux Olympiques d’Hiver en 1924, le bob à 4 masculin a été suivi huit ans après par le bob à 2. Mais il a fallu attendre les Jeux Olympiques de Salt Lake City, en 2002, pour que les femmes puissent avoir leur épreuve olympique. Et ce n’est que dans les années 90 que les premières épreuves internationales féminines ont été organisées. Et les Canadiennes ont été les premières de l’Histoire à réaliser un doublé, lors des JO de Vancouver en 2010.