Luge
La luge | Richard Heathcote/Getty Images/AFP

Ce qu'il faut savoir sur la luge

Publié le , modifié le

Tout le monde connaît la luge, son aspect ludique et convivial, dont sont friands les grands comme les petits sur les pistes enneigées. Mais dans sa version sport, il ne s'agit plus du tout d'un amusement, mais d'une course de vitesse effrénée qui demande une véritable technique et la maîtrise de l'aérodynamisme.

 Des pistes particulières

A la différence des luges de loisirs, celles utilisées en compétition sont beaucoup plus rapides, car elles sont montées sur de longues lames. Elle dévalent non pas sur une neige approximative, mais des piste spécifiques, qu'elles soient naturelles, épousant les formes et les pentes de la montagne, ou qu'elles soient artificielles, creusées et réfrigérées, élaborées selon des trajectoires qui permettent des descentes spectaculaires.  Certaines peuvent atteindre plus de 120 km/h.

Tout est dans le départ

La luge ressemble à du bobsleigh, mais ce n'est pas du bobsleigh: elle ne dispose pas de frein ni de commandes de direction avec lesquels le pilote peut jouer sur ses trajectoires. Ce n'est pas non plus du skeleton, car le lugeur ne descend pas la tête la première. Il est au contraire allongé sur son engin, après avoir travaillé son départ, élément le plus important d'une descente, dans la poussée sur les poignées et dans son élan.

De fibre et de plomb

Les luges ont évidemment beaucoup évolué au fil du temps. Elles sont beaucoup plus souples et  malléables dans le mouvement du corps qu'autrefois, grâce aux matériaux qui la composent, essentiellement de la fibre de verre. De la fibre, de carbone et de mousse, on en trouve également dans le casque du lugeur, car la sécurité est essentielle dans cette discipline où les chocs peuvent être violents. L'autre matière du lugeur, c'est le plomb. Un gilet de plomb que revêt chaque concurrent sous sa combinaison pour servir de lest et équilibrer le handicap en poids afin de compenser en fonction du poids des lugeurs. Ces derniers sont souvent des casse-cous férus de vitesse. C'est peut-être justement parce qu'ils ont du plomb sur le corps qu'il leur en manque un peu dans la tête quand ils s'élancent à la conquête de quelques millièmes...  

Christian Grégoire