Fabien Causeur
Fabien Causeur aux côtés de Mickaël Gelabale et de Nicolas Batum | AFP - BEHROUZ MEHRI

Causeur a passé un cap

Publié le , modifié le

Champion de France la saison passée avec Cholet, meilleur joueur français du championnat cette saison, Fabien Causeur a franchi un cap sur le parquet, mais aussi dans sa tête. De retour en Bleu, il se trouve en concurrence au poste de meneur-arrière avec De Colo et Bokolo.

"Je suis plus sûr de mes capacités, j'ai prouvé plus de choses et j'ai emmagasiné énormément de confiance." Du haut de ses 25 ans (depuis le 16 juin), Fabien Causeur affiche un franc sourire. Au milieu des stars tricolores de l'équipe de France, en préparation pour les JO, il fait office de "jeunot", avec ses 13 petites sélections, toutes obtenues en 2010. Mais il a pris de l'épaisseur.

"Je suis plus à l'aise"

Après cinq saisons passées au Havre, son passage à Cholet l'a transformé. Un titre de champion en 2010, une saison 2011-2012 encore pleine malgré une défaite en demi-finale du championnat, une demi-finale en Coupe de France, et malgré une élimination dès la phase régulière en EuroCoupe après avoir été sorti en tour qualificatif de l'Euroligue, les Choletais ont été sur le devant de la scène. Et Fabien Causeur avec eux, jouant même régulièrement au poste de meneur de jeu. "J'ai passé beaucoup de temps sur les parquets", reconnaît-il. "Mes les 2-3 jours passés chez moi avant de rejoindre l'équipe de France m'ont fait du bien. J'avais hâte d'enchaîner". Une saison qui a amené les lumières sur lui. "Il y a beaucoup de chances que je ne sois plus Choletais la saison prochaine", reconnaît-il. Bilbao, Valence, Malaga, et aussi les Italiens de Cantu sont sur les rangs, représentant "deux championnats qui me font envie".

Le Brestois de naissance avait doublement envie de commencer la prépération en Bleu. D'abord après cette saison où il a été le Français le plus performant dans l'Hexagone, ajoutant en prime le statut de meilleur marqueur de la 1ère phase d'Eurocoupe. Et ensuite pour effacer sa déconvenue de l'an passé, où il avait dû abandonner le groupe avant l'Euro, en raison d'une rechute pour une aponévrose plantaire. "J'ai l'avantage d'avoir fait une bonne saison", avoue-t-il. "Je suis déterminé. J'étais plus timide lors des deux premières années. Là, je suis plus à l'aise. Même s'il faut tous les jours prouver, je sais qu'ils peuvent attendre plus de moi."

L'objectif d'être dans le groupe

Présent parmi les 18 et désormais dans les 13, Fabien Causeur n'est pas encore assuré d'aller à Londres: "Ce serait une déception si je n'étais pas dans le groupe. Je vais essayer d'apporter. Et Vincent (Collet) fera le choix." Et l'entraîneur devra trancher autour du nombre de meneurs, derrière Tony Parker. "Même si j'ai beaucoup dépanné à ce poste, je n'ai pas la prétention d'en être un. Si Tony (Parker) se blesse, il faut quelqu'un", explique Causeur. Au poste de meneur-arrière, il a pour concurrents Nando De Colo et Yannick Bokolo. "Chacun a ses qualités à faire-valoir. Individuellement, l'absence de Rodrigue Beaubois, qui est un pote, est une bonne nouvelle car cela fait un joueur de moins sur le poste, même si c'est une déception pour l'équipe."

Plongé dans la préparation, Fabien Causeur se "concentre au jour le jour. L'objectif, c'est d'abord d'aller aux JO. Ce serait super d'être dans ce groupe, qui a beaucoup de talents." Le Choletais n'a aucune envie de rater une deuxième fois le train de l'équipe de France, qui peut mener à un podium.