Joubert Patinage JO
Brian Joubert reste sur une désillusion cinglante à Vancouver. | YURI KADOBNOV/AFP

Brian Joubert, ce patineur maudit aux JO

Publié le , modifié le

Figure emblématique de sa discipline, le patinage artistique, Brian Joubert compte mettre à Sotchi un terme à la malédiction qui l'a jusqu'ici poursuivi à chacune de ses campagnes olympiques... et ce pour sa dernière sortie officielle en compétition.

Brian Joubert est, ce que l'on pourrait appeler, un surdoué dans sa discipline. Champion du monde 2007 et triple champion d'Europe, le Poitevin va se rendre à Sotchi dans l’idée de décrocher le seul titre qui manque à son palmarès, celui de champion olympique. Et ce alors qu’il reste sur trois participations en demi-teinte à Salt Lake City (14e), à Turin (6e) puis à Vancouver (16e). "Je suis quelqu’un qui ne lâche rien, nous a-t-il confié dans les locaux du CNOSF, lors de la nomination de Jason Lamy-Chappuis comme porte-drapeau de la France. Je me suis fixé comme objectif ces JO, j’irai jusqu’au bout. Je pense que je peux faire quelque chose de correct."

Un affectif qui a besoin de repères

Pour y parvenir, le patineur a retrouvé il y a quelques semaines l'entraînement aux côtés de Véronique Guyon, son premier coach qui n'avait pu l'accompagner en 2002 pour cause de grossesse. "On se connaît par cœur, il y a aujourd’hui plus de dialogues. On partage plus nos idées et ça marche beaucoup mieux, a-t-il ajouté. Ça me tenait vraiment à cœur de terminer ma carrière avec elle." Une jolie façon de boucler la boucle, serait-on amené à dire, auprès de sa confidente de toujours.

Car à 29 ans, Joubert -qui avait annoncé au début de l'année qu’il entamait sa dernière saison de compétition sur la glace- sait mieux que quiconque que le poids des années va se faire ressentir au fil du temps : "J’ai déjà prévu des galas, d’autre choses après Sotchi, mais je ne ferai plus de compétitions en tout cas." Mais avant de retirer les lames, le Français aura envie de finir sur une note positive... enfin.

Vidéo : Joubert prépare Sotchi depuis longtemps 

Yohan Roblin @yohanroblin