Bleus : deux médailles et une déception

Bleus : deux médailles et une déception

Publié le , modifié le

L'équipe de France prenait le chemin d'une journée faste dimanche à Sotchi, avant que l'annulation de la mass start pour cause de brouillard ne vienne compromettre le scénario qui s'ébauchait dans le clan des Bleus: Martin Fourcade venant couronner d'une troisième médaille d'or historique le palmarès en bronze ouvert le matin par Chloé Trespeuch en snowboard cross, puis le relais masculin de ski de fond dans le 4x10 kilomètres.

Au final, le compteur est resté bloqué à six médailles pour la France, avec les deux bronzes de dimanche, et l'espoir est reporté à lundi matin pour Martin Fourcade (7h00 heure française), toujours en course pour un triplé en or. "C'est un peu ennuyeux car il faut se remettre en condition pour demain, mais il n'y a rien à faire", a commenté le double champion olympique. 

Le camp tricolore aurait aimé terminer crescendo cette première semaine des Jeux, après un début en demi-teinte, marqué par plusieurs déconvenues (notamment un zéro pointé en ski alpin), mais sauvé par les deux médailles d'or de Martin Fourcade en biathlon, et les deux premières médailles de bronze remportées par Jean-Guillaume Beatrix, également en biathlon, et Coline Mattel en saut à ski. 

Dimanche, c'est la jeune Chloé Trespeuch, 19 ans, qui a rouvert le compteur des Bleus en snowboard cross. Profitant de la chute d'adversaires devant elle, la double vice-championne du monde junior (2011 et 2013) est allée chercher la médaille de bronze en toute fin de course, derrière la Tchèque Eva Samkova (or) et la Canadienne Dominique Maltais (argent). "Ca été une finale un peu compliquée. Je prends un bon départ, puis je fais une grosse erreur. Je garde espoir, je m’accroche et je profite d'une chute devant moi pour aller chercher la finale. C’est le plus beau jour de ma vie", a-t-elle déclaré.

"A quatre, on se transcende"Un peu plus tard, c'était au tour des fondeurs du relais 4x10 kilomètres de faire sensation au terme d'une course haletante. Après avoir oscillé entre la deuxième et la quatrième place, les quatre skieurs ont décroché le bronze au terme d'une épreuve dominée par la Suède, suivie de la Russie, sous les yeux du président Vladimir Poutine dans les tribunes. Cette 6ème médaille française des Jeux était également la 2ème médaille olympique de l'histoire du ski de fond français. La première remontait à Turin en 2006, avec l'argent conquis au sprint par Roddy Darragon.  

"A quatre, on se transcende"

Un peu plus tard, c'était au tour des fondeurs du relais 4x10 kilomètres de faire sensation au terme d'une course haletante. Après avoir oscillé entre la deuxième et la quatrième place, les quatre skieurs ont décroché le bronze au terme d'une épreuve dominée par la Suède, suivie de la Russie, sous les yeux du président Vladimir Poutine dans les tribunes. Cette 6ème médaille française des Jeux était également la 2ème médaille olympique de l'histoire du ski de fond français. La première remontait à Turin en 2006, avec l'argent conquis au sprint par Roddy Darragon.  

Sur la ligne d'arrivée, Jean-Marc Gaillard, Maurice Manificat, Robin Duvillard et Ivan Perillat Boiteux se sont jetés dans les bras des uns des autres, heureux comme des gamins. A côté des Suédois et des Russes, beaucoup plus dans la retenue, ils donnaient l'impression d'avoir remporté l'or ! "A quatre on se transcende. On a vécu un gros stress, mais c'est fabuleux" a déclaré Maurice Magnificat à Francetvsport. 

David Botbol