Rome 2012 Bolt Powel Lemaitre
Usain Bolt devant Asafa Powel et Christophe Lemaitre | ANDREAS SOLARO / AFP

Avec Lemaitre et les perchistes, la France va bien

Publié le , modifié le

Christophe Lemaitre a terminé 3e du 100 m du meeting de Rome de la Ligue de diamant, jeudi, derrière l'intouchable Usain Bolt et Asafa Powell, et les perchistes ont réalisé un doublé, Renaud Lavillenie s'imposant devant Romain Mesnil, de bon augure pour les JO de Londres. Pour sa rentrée, Mahiedine Mekhissi-Benabbad, autre espoir de médaille olympique à Londres, a terminé à la 5e place du 3000 m steeple en 8 min 10 sec 96/100e.

Lemaitre a soutenu la comparaison. Son temps n'est pas exceptionnel  (10.04), mais il a terminé exactement comme l'an dernier au stade Olympique de  Rome derrière les deux Jamaïcains. "Troisième derrière les deux grands favoris,  je suis à ma place", a estimé Lemaitre. "Je me dis qu'avec un départ pourri, faire 10.04, c'est bien, a-t-il  ajouté. Je retrouve un bon niveau, je sais que c'est là, il faut maintenant  faire un meilleur départ." Bolt, meilleure performance mondiale de l'année avec 9 sec 76 était  intouchable. Malgré son départ "pourri", Lemaitre a doublé sur la ligne le sprinter de  Saint-Kitts et Nevis, Kim Collins, pour la troisième place. Mais le triple  champion d'Europe retenait plutôt "les satisfactions" de sa course.

Lavillenie se ménage

Fidèle fournisseuse de médailles, l'école française de la perche a brillé.  Le champion du monde en salle Renaud Lavillenie a franchi 5,82 m et devancé  Romain Mesnil (5,72 m). Auteur pour sa rentrée de la meilleure performance mondiale avec 5,90 m, le  25 mai à Ostrava (République tchèque), Lavillenie n'a sauté que deux fois (5,60  m et le saut de la victoire), pour ménager son dos qui le fait souffrir depuis  lundi. Il a effacé la barre chaque fois à la première tentative. Le double champion d'Europe a préféré ne pas prendre de risque. Il  participera le 7 juin au concours d'Oslo, 4e étape du circuit majeur. Médaille d'argent aux Mondiaux 2009 à Berlin, où Lavillenie avait pris le  bronze, Mesnil a devancé aux essais, et à la même mesure, l'Allemand Malte Mohr.

Mekhissi satisfait

Un retrait par rapport à Lemaitre et aux perchistes, Mahiedine  Mekhissi-Benabbad était tout de même satisfait.  "Le but aujourd'hui c'était de rentrer dans une course de haut niveau, j'ai  été servi!, a dit le demi-fondeur, arrivé loin derrière le Kényan Paul Kipsiel  Koech, passé près du record du monde en 7:54.31, détenu par le Qatariote Saif  Saaeed Shaheen, ex-Kényan sous le nom de Stephen Cherono (7:53.63). "Je n'avais pas fait de 3000 steeple depuis septembre, je n'étais pas  dedans, a dit Mekhissi-Benabbad. Je manque de rythme, ce n'est pas une bonne  course, ni techniquement ni tactiquement, mais quand tu vois le résultat à  l'arrivée, 8:10., c'est pas mal." "Même si je m'entraîne dur, la compétition c'est autre chose, a-t-il  ajouté. On n'est qu'au mois de mai, le but c'est d'être prêt au mois d'août"  pour les jeux Olympiques "Plus les tours passaient, mieux je me sentais, a ajouté le Français. J'ai  essayé de ramasser les morts, je reviens et je termine 5e. Et mon dernier  +kilo+ est très bon."

Retour traumatisant pour Sdiri

Salim Sdiri, détenteur du record de France  du saut en longueur (8,42 m), a vécu un retour difficile jeudi au stade  olympique de Rome où il a risqué sa carrière et même sa vie en 2007 après avoir  eu le flanc droit transpercé par un javelot.  "Je n'étais pas là du tout, c'est la première fois que je suis autant  mentalement absent dans un concours, 7,55 m en Ligue de diamant", a soupiré  Sdiri, 7e du concours.  "Je n'ai pas dormi de la nuit, je n'étais pas dedans, j'avais mal au genou  en plus, j'ai essayé, mais impossible de me mettre dans le concours", a  poursuivi Sdiri. "J'étais assis sur le banc à l'endroit où j'étais couché il y a cinq ans,  je n'étais pas motivé, même avec la plus grande volonté du monde", a raconté le  sauteur. Mais il va essayer d'oublier. "Maintenant c'est fait, voilà, je suis revenu  sur les lieux, mais c'était dur. Il va me falloir un peu de temps pour évacuer,  mais je reste un être humain, je ne sais pas combien de temps ça prendra, ce  n'est pas mathématique." Le 13 juillet 2007 au soir, l'athlète de Montargis (Loiret) était en train  de se rhabiller entre deux essais au stade olympique quand le javelot du  Finlandais Tero Pitkämäki l'avait terrassé.

 

 

AFP