Martin Fourcade
Martin Fourcade | AFP / Photo Pool KMSP / DPPI

Aujourd'hui à Sotchi

Publié le , modifié le

Au lendemain du super-G féminin remporté par Fenninger, place au super-G masculin avec de nombreux prétendants parmi lesquels les stars Svindal et Miller. Cette journée sera l'occasion de décerner cinq titres, parmi lesquels la mass-start de biathlon dans laquelle Martin Fourcade tentera de décrocher une 3e médaille en quatre courses. Déborah Antonioz, vice-championne olympique en titre, visera l'or en snowboardcross. A suivre également le match très attendu entre les champions olympiques canadiens et les médaillés de bronze finlandais, en hockey-sur-glace masculin (18h).

Les finales à suivre:

7h: Ski alpin - Super-G messieurs
10h15: Snowboard - Snowboardcross dames
11h: Ski de fond - Relais 4x10km messieurs
15h: Patinage de vitesse - 1500m dames
16h: Biathlon - Mass-start 15km messieurs

Les français à suivre:

Jean-Guillaume Béatrix, Martin Fourcade, Simon Fourcade (biathlon - mass start messieurs 15km)
Loïc Costerg, Romain Heinrich (bobsleigh - bob à 2 messieurs)
Pernelle Caron/Lloyd Jones, Nathalie Péchalat/Fabian Bourzat (patinage artistique - danse sur glace)
Jean-Marc Gaillard, Maurice Manificat, Robin Duvillard, Ivan Perillat Boiteux (ski de fond - relais messieurs)
Thomas mermillod-Blondin, Johan Clarey, Adrien Théaux, David Poisson (ski alpin - super-G messieurs)
Nelly Moenne Loccoz, Cholé Trespeuch, Charlotte Bankes, Deborah Antonioz (snowboard - snowboard cross dames)

La star à suivre:

Aksel Lund Svindal est un affamé. Triple médaillé à Vancouver (or en super-G, argent en descente, bronze en géant) pour ses deuxièmes Jeux Olympiques, le Norvégien n'a toujours pas glané la moindre breloque à Sotchi. Au pied du podium en descente, 9e en combiné, il est l'un des grands prétendants au titre en super-G, dont il est le tenant du titre. Leader du classement de la Coupe du monde de la spécialité, le skieur de 31 ans est un habitué des podiums. Depuis 2005, il a toujours conquis au moins une médaille dans chaque compétition planétaire (Mondiaux ou JO). Sauf à Turin en 2006.