Marion Bartoli
Marion Bartoli, seule française éligible pour les JO par son classement est en conflit avec la Fédération | AFP - Kenzo Tribouillard

Aucune française ne verra le tournoi de tennis à Londres

Publié le , modifié le

L'élimination de Mathilde Johansson au 3e tour de Roland-Garros a sonné le glas des espoirs français dans le tableau féminin. Mais a également douché ceux de voir une française intégrer la délégation tricolore aux Jeux Olympiques. Explications.

Patrice Hagelauer, DTN de la Fédération française de tennis explique les règles de sélection des athlètes aux JO. "Il faut avoir joué 2 années consécutives en Coupe Davis ou en Fed Cup au cours des 4 années qui précèdent les JO (...). (Ensuite), les qualifications pour les JO se (font) en fonction du classement mondial au lendemain de Roland Garros. Chaque pays aura droit à un contingent de 4 joueurs et 4 joueuses de simple plus, éventuellement, 2 en double, à condition que ceux-ci soient classés, en gros, dans les cinquante premiers". Ainsi, dans le tableau féminin, le dernier billet attribué pour Londres devrait échoir à une joueuse classée dans les 60 premières mondiales.

Roland-Garros les pénalisent

Pénalisées par leurs performances médiocres sur la terre battue parisienne, les Françaises regarderont les olympiades à la la télé. En effet, Pauline Parmentier 62e mondiale avant le tournoi francilien avait 240 points à défendre mais son élimination dès le premier tour va la repousser aux alentours du 80e rang mondial. Même motif, même punition pour Alizée Cornet qui ne davait pourtant gagner qu'un match pour valider son ticket londonien. L'absence la plus cruelle reste celle de Mathilde Johansson, qui malgré son bon tournoi avait besoin de vaincre l'Américaine Stephens, son bourreau du jour, pour traverser la Manche.

Une première depuis l'entrée du tennis aux JO

Marion Bartoli, 8e mondiale, serait la seule éligible par son classement mais ne remplit pas le reste des critères puisqu'elle ne participe pas aux matches de Fed Cup. Opposée à la Fédération française de tennis qui refuse la présence de son père à ses côtés lors des rassemblements de l'équipe de France alors qu'elle l'estime indispensable, Bartoli préfère décliner les invitations tant que cette situation perdure.

Une bien triste nouvelle pour le tennis français, absent du tournoi féminin olympique pour la première fois depuis l'intronisation de la balle jaune au programme des JO en 1988 à Séoul. La médaille d'argent conquise par Amélie Mauresmo en 2004 à Athènes paraît d'autant plus loin...

Jerome Carrere