Affaire Hindes: résultat confirmé mais règles à revoir

Publié le , modifié le

Le Comité international olympique (CIO) a affirmé vendredi que la tricherie avouée par le Britannique Philip Hindes ne remettait pas en cause la victoire de la Grande-Bretagne dans la vitesse par équipes mais qu'un changement des règles était nécessaire.

"L'UCI (Union cycliste internationale) a dit que le résultat était validé", a déclaré Mark Adams, directeur de la communication du CIO. "L'équipe française  (médaillée d'argent) l'a accepté. Mais nous croyons qu'il est temps de modifier  les règlements. Il est important pour les athlètes de concourir dans l'esprit  olympique". Hindes (19 ans), le démarreur britannique de la vitesse par équipes, a avoué chuté volontairement pendant les qualifications du tournoi.

Le règlement de l'UCI autorise une seconde tentative, en cas d'accident. Hindes a évoqué un plan préparé: "on en avait discuté avant et on avait dit  qu'il fallait tomber si ça se présentait. Je l'ai fait exprès pour obtenir un  autre départ". La délégation britannique a plaidé ensuite une mauvaise compréhension des  propos de Hindes, Allemand d'origine (par sa mère) qui a intégré l'équipe de  Grande-Bretagne seulement l'année passée. En finale, le trio britannique (Hindes, Kenny, Hoy) a gagné sans  contestation face à la France, par une marge de 41 centièmes de seconde.

"Nous l'avons vu à propos du badminton. Les gens doivent respecter l'esprit  de la compétition. C'est une question de jugement. Dans le cas du badminton, la  ligne a été clairement franchie. Ici (dans le cyclisme), la course a eu lieu,  les gens n'ont pas été privés de match et les Britanniques se sont donné à  fond", a estimé le porte-parole du CIO. En badminton, huit joueuses (4 paires du double dames), accusées de "ne pas  avoir fait tout leur possible pour gagner" des matches de poule, ont été  exclues du tournoi olympique à Londres.

AFP