Dauphiné 2013 Risoul
Le Tour 2014 passera par Risoul, une nouveauté mais déjà vue lors du Dauphiné en 2013 | AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

Les grandes nouveautés sur le Tour 2014

Publié le , modifié le

Au-delà du départ inédit dans le Yorkshire, en Angleterre, et d'une deuxième étape accidentée, déjà dévoilée, le Tour de France 2014 comporte sa part de nouveautés.

Le souvenir de la grande guerre

Ce Tour de France 2014 sera d'abord un Tour de la mémoire. Il y a 100 ans débutait la Grande Guerre et l'épreuve, en accord avec la Mission centenaire de la Première guerre mondiale, va rendre hommage à ceux qui ont combattu et ont été victimes du terrible conflit. "On passera par plusieurs lieux emblématiques, en Belgique à Ypres (dont le nom reste associé à la première utilisation militaire du gaz moutarde) en Belgique, par le Chemin des dames pour aller à Reims et par les terrains du champ de bataille de Verdun, avec un passage devant l'ossuaire de Douaumont dans l'étape de Nancy", détaille le directeur du Tour Christian Prudhomme.

Trois lauréats de l'époque des pionniers, François Faber, Octave Lapize et Lucien Petit-Breton, sont tombés au champ d'honneur durant la Grande guerre. "On ne pouvait naturellement pas l'oublier. Le Tour, c'est aussi un moment de souvenir collectif", rappelle son directeur.

La redécouverte des Vosges

"Il y aura réellement trois massifs montagneux", annonce Christian Prudhomme. Et d'expliquer que la première étape vosgienne sera "extrêmement sélective sur les 30 derniers kilomètres", avec une variante pour le col de la Grosse-Pierre et l'arrivée à la station de la Mauselaine au-dessus de Gérardmer. "Le 14 juillet, ce sera une vraie étape de montagne jusqu'à la Planche des Belles Filles", insiste-t-il. A l'inverse de l'arrivée de 2012 transformée en course de côte, l'étape affiche six ascensions, dont trois seront probablement classées première catégorie (Petit Ballon, Platzerwasel, Belles Filles).

Des ascensions inédites

Les Alpes, au programme allégé par rapport à juillet dernier, réservent des (demi-)surprises. Le col de Palaquit, dans la Chartreuse avant la descente vers Grenoble, précède l'arrivée à Chamrousse (13e étape). "Les pourcentages rendent mal compte de sa difficulté", prévient le directeur du Tour. Quant à la montée finale vers Risoul, le lendemain, elle n'a jamais été empruntée par le Tour. Mais d'autres courses organisées par ASO ont déjà rallié la station des Hautes-Alpes, qui surplombe la vallée de la Durance et l'entrée du Queyras. Les deux premiers du Tour 2013, le Colombien Nairo Quintana (Tour de l'Avenir 2010) et le Britannique Chris Froome (Dauphiné 2013), se sont imposés à Risoul.

AFP