Tour de France Hesjedal
Le Canadien Hesjedal | AFP

Les Garmin se reposent sur Hesjedal

Publié le , modifié le

L’équipe américaine a connu tous les malheurs depuis le début de ce Tour. La deuxième étape à Spa a été ainsi cruelle pour les coureurs de la formation américaine suite à des chutes. Vande Velde, le leader de l’équipe, abandonnera sur le champ, tandis que leur sprinter vedette, Tyler Farrar, sérieusement touché au poignet, renoncera avant les Pyrénées. Jonathan Vaughters et Lionel Marie espèrent que le Canadien Hesjedal, leur dernier espoir, entrera dans le top 10.

Malgré tous les malheurs qui ont frappé son équipe depuis le départ de Rotterdam, Jonathan Vaughters, le manager de l’équipe Garmin, garde le sourire. "Nous n’avons pas eu de chance sur ce Tour. L’étape avec l’arrivée à Spa nous a fait très mal. Cela a été l’hécatombe. Nous avons perdu notre leader Christian Van de Velde, tandis que notre sprinter Tyler Farrar a été gravement touché avant d’abandonner récemment, et pour terminer notre spécialiste du chrono, David Millar, a été également touché aux côtes, et espère des jours meilleurs depuis quinze jours", résume l’Américain dans un bon français.

Même son de cloche du côté du directeur sportif Lionel Marie : "L’équipe est en un état de fatigue pesante. Nous avons eu tellement de malchance", indique-t-il. Mais le Tour n’est pas encore fini pour l’ancien directeur sportif du Crédit Agricole et des Cofidis qui mise encore beaucoup sur son Canadien Hesjedal (13e du général). "Ryder est encore méconnu en Europe, mais il ne vient pas de nulle part. Il a déjà gagné une étape sur le Tour d’Espagne en 2009. Il a enlevé une étape du Tour de Californie en début de saison et il a terminé deuxième de l’Amstel Gold Race. Ce serait la bonne surprise qu’il soit dans le Top 10", assure Marie.

Une ambition confirmée du côté de Vaughters : "Ryder est un bon coureur de contre-la-montre. S’il est encore bien placé avant le chrono, tout est possible. Basso, Vinokourov et Rodriguez sont prenables devant". Un contre-la-montre important pour le manager de l’équipe. "David Zabriskie peut également enlever le chrono. Il faut savoir que Kreuziger (Liquigas) à l’air d’être moins bien ces derniers jours. Ce serait bien de finir sur une bonne note", note-t-il.

Une victoire qui pourrait effacer tous les problèmes connus sur ce Tour et qui effacerait en partie la déception Farrar. "Tyler Farrar, notre sprinter vedette, est très déçu d’avoir abandonné. Il est psychologiquement marqué. Maintenant, il faut minimiser. Il ne fallait pas compromettre sa fin de saison. Il a prouvé qu’il avait du courage et que l’on pouvait compter sur lui", rappelle Lionel Marie. Farrar qui devrait prochainement faire son retour à la compétition au Danemark. Avec pour objectif de revenir au sommet de son art sur le Tour d’Espagne.

Gilles Gaillard