Cloé Crédeville
La Française Cloé Crédeville au départ du dos | AFP - ANDREAS SOLARO

Les Français surfent sur la vague du relais

Publié le , modifié le

Au lendemain de la médaille d'or du relais 4x100m masculin, les nageurs tricolores ont tenté de prendre la vague lors de cette deuxième journée de course. Euphoriques hier, ils ont gardé cette dynamique pour la plupart. Seul Grégory Mallet, relayeur hier matin, est passé à côté de son 200m, avec d'énormes regrets.

Il était certainement le nageur le plus attendu ce matin. Par tous les observateurs. Auteur d'un 100m extraordinaire lors du dernier relais, Jérémy Stravius était déjà dans le bain de ses épreuves individuelles dès ce matin. Et le 100m dos, c'est sa distance, son objectif majeur. Il a franchi les séries, remportant la sienne, sans forcer, avec la conscience d'être sérieux de bout en bout: "Je commence à être habitué à ce genre de situations. D’entrée cela marche, je suis un peu plus libéré pour la suite. Mais il faut faire attention, car dans les épreuves individuelles, il faut gérer." Il l'a fait, et disputera les demi-finales ce soir.

Il sera accompagné de Camille Lacourt, qui a également géré sa course dans le sillage de la performance des relayeurs: "Hier, c’était beaucoup d’émotions, beaucoup de plaisir, mais j’avais envie de rentrer dans l’arène aussi", disait-il après sa qualification, revenant sur le retour des héros hier. "Ils ont été très discrets, ils sont arrivés tard dans leur chambre. Avec Fabien (Gilot), je lui ai fait un petit câlin et on s’est couché tranquillement car il savait qu’aujourd’hui c’était à moi de nager."

"Encore des papillons dans le ventre"

Cloé Crédeville, dont le record personnel sur 100m dos est de 1'00"65, a fini cette course en 1'00"77, gagnant son ticket pour les demi-finales. Contente ? Pas totalement: "Je suis satisfaite de ma qualification mais j’aurais voulu faire mon meilleur temps et nager un peu plus vite. Je sais que je suis bien dans l’eau, que je peux faire mes meilleurs temps ici." Si elle avoue s'être "beaucoup entraînée" cette année et donc valoir mieux que ce temps-là, elle ne cache pas que le relais lui a donné de belles idées: "Les relayeurs ont lancé la compétition de la plus belle des manières. On en a encore des papillons dans le ventre, surtout quand on nage le lendemain."

A l'opposé, Grégory Mallet, tout sourire hier matin après avoir participé à la qualification du relais pour la finale, n'affichait pas la même mine. A son niveau la veille sur 100m, il n'était pas du tout au sien ce matin sur 200m, sa spécialité. "Je ne m’explique pas ce qui se passe sur le plan chronométrique, car au niveau des sensations c’est super", constate-t-il, incrédule. A-t-il laissé trop d'influx la veille, entre sa course et la finale de ses copains: "Non. J’étais au calme à l’hôtel, je suis rentré exprès pour me préparer au 200. c’est vrai que j’ai eu un moment d’euphorie à l’hôtel, mais cela a duré dix minutes. Après je me suis relaxé, reposé." Du coup, le Marseillais veut se focaliser sur le relais 4x200m: "Je suis très motivé pour ce relais, et je vais retenir la victoire d’hier." Histoire de prendre la vague et se relancer.

Vidéo: Cloé Crédeville se qualifie sur 100m dos