Chavanel, Roy, Français
Jérémy Roy (à g.) et Sylvain Chavanel (au centre) devrait animer le Tour de France cette année | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les Français sur tous les fronts

Publié le , modifié le

Après un beau Tour de France 2011, la colonie française revient ambitieuse sur cette édition 2012. Si certains visent le classement général, d'autres lutteront pour les victoires d'étapes Sans oublier une nouvelle génération prometteuse qui pourrait prendre le pouvoir. Qui sont donc ces Français qui animeront le Tour de France 2012?

Thomas Voeckler (Europcar, 33 ans, 4e du Tour de France 2011)
Contraint au repos forcé en raison d'une inflammation de la bandelette ilio-tibiale, ce qui l'a privé des Championnats de France, Voeckler a vu sa préparation tronquée et arrive dans une forme précaire sur ce Tour. Le champion de France 2010 paraissait pourtant en jambes, cumulant les places d'honneur sur les classiques (4e de Liège-Bastogne-Liège, 5e de l'Amstel Gold Race), sans oublier sa belle 8e place sur le Tour des Flandres et sa victoire sur la Flèche Brabançonne cette saison.

S'il aura du mal à rééditer sa performance de l'année dernière, l'Alsacien peut espérer animer cette édition grâce à sa propension à se faufiler dans les bonnes échappées et son mental d'acier. Tout le monde garde en mémoire ses aventures au long cours en 2004 et il y a un an tout juste, qui lui avait permis toutes deux d'endosser le maillot jaune. Mais sa condition physique devrait l'empêcher de viser le classement général à moins que "Ti Blanc" ne nous surprennent encore.

Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale, 35 ans, 9e du TDF 2011)
Cycliste sur route depuis 2010 seulement, Péraud apprend vite. Premier amateur à remporter le titre de champion de France du contre-la-montre (clm) en 2009, ses prédispositions dans l'exercice pourraient le mener haut dans ce Tour de France, même si le coureur toulousain s'était manqué dans l'exercice, l'année dernière à Grenoble lors de la 20e étape (69e à 5"38). Le parcours de cette année correspond assez bien à son profil puisque Péraud perd assez peu de temps sur les meilleurs en montagne.

Reste à savoir s'il sera le leader d'une formation AG2R qui avait fait excellente figure l'année dernière plaçant trois coureurs dans le top 30. Si Hubert Dupont, 22e à Paris l'an dernier sera un équipier de luxe, l'Irlandais Nicolas Roche, 26e sur les Champs-Elysées l'été passé, peut prétendre à ce statut. D'autant plus que Jean-Christophe Péraud a peu couru cette saison sur route et compte prendre part aux épreuves de VTT aux Jeux Olympiques de Londres. Lui assure qu'il sera tout de même concerné par la Grande Boucle. Mais courir plusieurs lièvres à la fois n'est-il pas trop risqué?

Pierre Rolland (Europcar, 25 ans, 10e du TDF 2011)
Voeckler diminué, Pierre Rolland se voit offrir une place de "co-leader" dans l'équipe Europcar. Maillot blanc du meilleur jeune de l'édition 2011, le Français a démontré une étonnante facilité lorsque la route s'élevait, suivant sans grande peine les tout meilleurs. Sa victoire au sommet de l'Alpe-d'Huez devant, excusez du peu, Contador et Sanchez en juillet dernier, a fait naître beaucoup d'espoir. Son travail de titan pour aider son leader à conserver le maillot jaune sur les pentes du Galibier également. Reste à savoir si le natif de Gien confirmera son potentiel à 25 ans. 4e de l'Etoile de Bessèges et 12e de Liège-Bastogne-Liège cette saison, ses lacunes en chrono pourraient néanmoins lui porter préjudice.

A l'image du chrono final de l'Etoile de Bessèges qui lui a coûté la victoire finale ou de celui de Grenoble l'année dernière, durant lequel il avait concédé 06"07 au vainqueur. Il pourra nénamoins compter sur l'appui de ses coéquipiers Cyril Gautier et Christophe Kern. Le premier avait impressionné l'an dernier, épaulant efficacement Thomas Voeckler en montagne alors que le second avait été condamné à l'abandon à cause d'une tendinite, alors qu'il affichait une forme éblouissante terminant notamment 6e du Dauphiné. Kern ne sera un relais efficace pour Rolland que s'il retrouve ses jambes de 2011, qui l'ont récemment porté à la 6e place du championnat de France du contre-la-montre.

Jérôme Coppel (Saur-Sojasun, 25 ans, 13e du TDF 2011)
Le parcours de ce Tour de France 2012 paraît taillé pour lui. Outre ses qualités de grimpeur qui lui permettent de s'en sortir sans trop de dommages en haute montagne, le coureur de Saur-Sojasun excelle dans l'exercice du contre-la-montre. C'est notamment grâce à sa performance dans le chrono final qu'il a remporté l'Etoile de Bessèges début juin au nez et à la barbe de Pierre Rolland.

Cette saison, Coppel a multiplié les sorties en contre-la-montre, notamment sur Paris-Nice (11e au général), le Tour de Romandie (12e au général) ou encore le Tour de Bavière (2e au général). Sa 3e place à la Ruta del Sol ou sa 17e sur le Dauphiné montre que le blond aux yeux bleus est prêt à en découdre. Pour peu que son équipier Brice Feillu puisse l'accompagner et l'épauler dans les difficultés...

Sylvain Chavanel (Quick Step, 32 ans, 61e du TDF 2011)
Sylvain Chavanel semble avoir de bonnes jambes, en témoigne son titre de champion de France du contre-la-montre mais aussi ses bons résultats au Tour de San Luis (4e) ou sur Paris-Nice (8e) cette année. Si le classement général semble une utopie pour celui qui devra aider l'outsider Levi Leipheimer, une ou plusieurs victoires d'étapes sont toujours possibles. S'il n'a pas brillé l'an dernier sur la Grande Boucle, ses trois victoires d'étapes en 2008 et 2010 assorti du maillot de supercombatif de ces deux éditions ainsi que deux jours en jaune il ya deux ans plaident pour lui.

David Moncoutié (Cofidis, 37 ans, 41e du TDF 2011)
Dans une équipe Cofidis en pleine crise et sans repères malgré la présence de Rein Taaramae, 11e à Paris l'an passé, Moncoutié aura carte blanche en montagne pour tenter de redorer le blason de l'équipe nordiste qu'il défend depuis le début de sa carrière. Deuxième l'an dernier à Lourdes, le grimpeur originaire de la région parisienne devra retrouver la recette qui l'avait vu triompher sur les routes du Tour en 2004 à Figeac puis en 2005 à Digne-les-bains.

Sandy Casar (FDJ, 33 ans, 27e du TDF 2011)
Casar a déjà gagné deux étapes sur le Tour de France en 2007 à Angoulêmes puis en 2010 à Saint-Jean-de Maurienne. Le coureur de Mantes-la-Jolie a aussi multiplié les places d'honneur lors de ses nombreuses participations, cumulant dix podiums d'étapes (sept 2e place et trois 3e place). Récemment second sur une étape du Tour d'Italie durant lequel il s'est montré à son avantage, le coureur de 33 ans peut espérer soulever le bouquet de fleurs cette année. Le Top 20 paraît également un objectif atteignable.

Jérémy Roy (FDJ, 29 ans, 86e du TDF 2011)
Elu super combatif du dernier Tour, Jérémy Roy n'avait cessé de tenter sa chance, se faufilant dans de nombreuses échappées. Ses larmes à Lourdes après sa cruelle 3e place derrière Hushovd et Moncoutié en disent long sur l'ambition du garçon. Son aisance en moyenne montagne, son tempérament de baroudeur ainsi que ses capacités en chrono (vice-champion de France du clm) pourraient lui offrir de belles opportunités de Liège à Paris.

Tony Gallopin (Radioshack, 24 ans, 79e du TDF 2011)
Le jeune espoir français est prometteur. Son départ de Cofidis pour Radioshack doit lui permettre de franchir un cap alors que son profil tout terrain peut lui permettre de se montrer pour son deuxième Tour de France. A condition que son équipe ne soit pas obligée de contrôler la course pour protéger un maillot jaune.

Arthur Vichot (FDJ, 23 ans, 104e du TDF 2011)
Auteur d'une belle 6e place à Lisieux l'an dernier, le jeune français de 23 ans a récemment gagné la 5e étape du Critérium du Dauphiné à Rumilly, en solitaire. S'il fait preuve de la même audace sur les routes du Tour, il pourrait créer la surprise.

Thibaut Pinot (FDJ, 22 ans, 1er Tour de France)
Arnold Jeannesson absent, Marc Madiot a choisi d'accorder sa confiance au jeune Thibaut Pinot. Ce jeune grimpeur passé professionnel en 2010 a déjà de solides références. Meilleur grimpeur du Tour de Romandie et 3e d'étape sur le Dauphiné Libéré (20e au général) dès sa première saison, l'année 2011 est une confirmation. Le coureur français gagne de nombreuses courses sur plusieurs jours voire une semaine (Tour d'Alsace, Tour de l'Ain, Semaine Lombarde). Sa récente 8e place sur le clm du Tour de Romandie ne fait qu'accentuer les espérances de le voir briller. Mais pour son premier grand tour, gare à ne pas se brûler les ailes.

 

Jerome Carrere