Les Français abonnés à la 2e place

Les Français abonnés à la 2e place

Publié le

Les Mondiaux d’escrime et de Judo, et les Euro de natation, ont marqué cette année 2010 avec des fortunes diverses pour les Français, mais cependant une constante. Dans ces trois compétitions la France termine au deuxième rang des nations. Ce qui est dans certains cas considéré comme une déception, mais démontre malgré tout que dans ces disciplines historiquement majeures pour le sport français, celui-ci a encore de la ressource.

L'escrime respecte son tableau de marche

Les plus fines lames de la planète étaient au rendez-vous au Grand Palais pour les championnats du monde d’Escrime, conférant ainsi une nouvelle dimension à l’épreuve dans un lieu historiquement chargé.La France aspirait à monter sur la plus haute marche des nations. Elle n’a finalement obtenu que cinq médailles, mais ce bilan n’est pas si mal. L’escrime tricolore a respecté son carnet de route en empochant même une médaille de plus qu’aux mondiaux précédents. Mais la déception vient du fait de n’avoir pas pu terminer en tête puisque la France occupe la deuxième marche du podium entre l’Italie et la Russie. Ce qui a fait dire du Directeur des Équipes de France Patrice Menon : « Nous avons été dans la fourchette basse de notre objectif. Une réflexion rapide et sans concession doit s’imposer » d’autant que la part de réussite tricolore est surtout à mettre à l’actif des épéistes. Une remise à plat s’impose donc pour les autres armes. Car au 1er avil 2011, démarrera la course olympique.

Euro historique pour les nageurs français

L’équipe de France de natation a dominé le championnat d’Europe à Budapest. Elle a terminé la compétition avec 21 médailles de toutes les couleurs….. 21 podiums, dont 8 titres européens : les Bleus de 2010 ont donc largement battu leur record historique, établi en 2004 et 2006, avec 15 médailles.Une belle santé illustrée par Camille Lacourt, spécialiste du dos qui est revenu de Budapest avec trois médailles d’or autour du cou, et par Frédérick Bousquet, triple médaillé en individuel mais aussi sacré dans le 4x100 m 4 nages avec justement Camille Lacourt, mais aussi Hugues Duboscq et Damien Gilot.

La colère de Riner

Teddy Riner se souviendra des championnats du monde de judo à Tokyo. Battu en finale des toutes catégories par le Japonais Kamikawa suite à la décision des arbitres, Riner estime avoir tout fait pour obtenir un 5e titre de champion du monde et donc de s’être fait voler. Cette finale a effectivement paru entre ses mains durant tout le combat, il a fait les efforts, il a dominé dès la prise de garde un adversaire visiblement moins fort qui a surtout pensé à se protéger. Riner a attaqué, a même fait tomber son opposant, mais sans arriver à marquer ce point qui aurait évité toute polémique. Dès lors Kamikawa aurait dû être pénalisé davantage. Mais l’arbitre central, sans qu’un aucun arbitre de coin n’intervienne comme il est de coutume dans pareille circonstance, n’a pas jugé utile de le faire. La suite, on la connaît. Une prolongation un peu plus équilibrée avec Kamikawa qui cherche à faire la différence sur un balayage. Riner tombe sur le ventre. Il n’y a rien, mais pour les arbitres, visiblement, c’est la seule action digne de ce nom. Celle qui a manifestement compté. Fou de rage, avec le sentiment de s’être fait voler, Teddy Riner a ostensiblement montré son désaccord sur le podium…! Une réaction peut être utile pour éviter que ne se reproduise ce type d’incidents dans des compétitions où les décisions d’arbitrage restent pour le moins partiales.

Malgré cette péripétie préjudiciable à Riner lui-même, mais aussi au judo en général, la France s’est plutôt bien comportée dans ces Mondiaux, en terminant deuxième au classement des nations derrière le pays-hôte. Même si du côté des filles, derrière Lucie Decosse médaillée d’or, les résultats ont été en-dessous de ce qu’ils sont habituellement

La sensation Bouhail

Grosse sensation en cette fin octobre aux championnats du monde de gymnastique avec le titre décroché en saut de cheval par Thomas Bouhail.
A 24 ans, après avoir déjà obtenu l’argent aux JO de 2008 et l’or aux championnats d’Europe de 2009, et malgré une opération à l’épaule en début d’année. S’il est le premier Français à décrocher une médaille en saut de cheval dans des Mondiaux depuis 1985, Bouhail a véritablement confirmé qu’il avait suffisamment progressé pour entrer dans la légende de la gymnastique. Car sa médaille d’or a un petit goût d’anthologie. Elle revient à un gymnaste tricolore près d’un siècle après que cela n’ait plus été le cas (Depuis Marcos Torres, couronné à la barre fixe, aux anneaux et au concours général ou individuel aux Mondiaux de Paris en…1913). C’est dire la portée de l’évènement pour Thomas Bouhail. Pour le jeune garçon de Seine-Saint-Denis, qui allie puissance et technicité sur un agrès difficile à maîtriser, du haut de son mètre 66, l’ambition n’a pas de limite. Et comme le travail et la simplicité vont ensemble, ce n’est PAS au fond une surprise de le voir à pareille fête.

francetv sport @francetvsport