Jean Gachassin
Jean Gachassin | AFP

Les excuses de Gachassin au Qatar

Publié le , modifié le

Dans un communiqué, le président de la FFT s’excuse auprès de "nos amis qataris, dont le rôle dans le sport français mérite le plus grand respect". Un revirement total par rapport à ses déclarations de la veille qui exprimaient des doutes sur l’avenir de Roland-Garros, soit disant menacé par un projet émanant du Qatar et visant à créer un tournoi concurrent à la même période.

C’est ce qu’on appelle faire volte-face. Hier, Jean Gachassin s’était montré très inquiet pour l’avenir des Internationaux de France disputés à Roland-Garros, comme le rapporte Le Parisien ce mardi : "Nous sommes attaqués par le Qatar", avait-il dit en marge du tournoi de Saint-Malo. "Des avocats et des hommes d'affaires sont allés voir personnellement les 100 premiers joueurs mondiaux en leur disant : 'Nous sommes le Qatar, donc nous n'avons pas de problème avec le prize money. Combien vous avez à Roland-Garros ? Vous aurez 32 millions d'euros en 2015 ? Ecoutez, nous, on vous en donne 50'. Le Qatar donne 50 millions pour qu'il y ait un tournoi en même temps que Roland-Garros ! Heureusement que Roland-Garros représente quelque chose pour tous ces joueurs, mais il faut être vigilant".

"Nos amis qataris méritent le plus grand respect"

Aujourd’hui, le président de la FFT fait marche arrière en atténuant fortement ses propos qui avaient pris de l’ampleur. "Lors d’un entretien avec des dirigeants de clubs que je sensibilisais au besoin d’investir massivement dans le stade Roland-Garros, j’ai rappelé, pour justifier ce besoin, le contexte concurrentiel farouche que connaît aujourd’hui le sport dans le monde, et notamment le tennis", a-t-il précisé. "On sait en effet que nombreux sont aujourd’hui les pays désireux d’accueillir de grands tournois, susceptibles, un jour, de prétendre rivaliser avec les tournois du Grand Chelem. C’est maladroitement que j’ai cité, parmi ces nouveaux acteurs du sport mondial, le Qatar. Mes propos ont pu laisser penser que nous voyons le Qatar comme un danger potentiel pour Roland-Garros, alors même que nos deux fédérations sont proches, et collaborent depuis plusieurs années déjà. Je tiens donc à présenter mes excuses à nos amis qataris, dont le rôle dans le sport français mérite le plus grand respect".

Les droits de diffusion bientôt attribués

Outre le fait que ce rétro-pédalage intrigue, il convient de rappeler que Roland-Garros est un tournoi du Grand Chelem, et qu’il n’y a jamais de tournoi ATP pendant un Majeur. Il semble donc difficilement concevable que l’ATP entre en conflit avec l’ITF (la fédération internationale) pour organiser un tournoi au Qatar aux mêmes dates que Roland-Garros. Sans compter que les meilleurs joueurs du monde, déjà très riches et surtout intéressés par leur palmarès et leur place dans l’histoire, n’adhèreraient probablement pas à un tel projet, préférant disputer un Grand Chelem reconnu mondialement comme le plus grand tournoi sur terre battue au monde.

Alors que l’appel d’offres concernant les droits de diffusion de Roland-Garros se tient en ce moment (les propositions doivent être remises avant le 10 octobre, et Bein Sport, propriété du Qatar, pourrait se montrer intéressé), les déclarations de Jean Gachassin ont en tous cas semé le trouble. D'autant que Flying Emirates est devenu cette année l'un des partenaires principaux de Roland-Garros pour une durée de cinq ans.