Jérémy Roy (FDJ) portrait TDF 2011
Jérémy Roy (FDJ) fera partie à la délégation reçue par la ministre | AFP - Pascal Pavani

Les coureurs ne veulent plus "être salis"

Publié le , modifié le

A sa demande, une délégation de coureurs sera reçue samedi matin par la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, qui sera au départ de la première étape du Tour de France, à Porto-Vecchio. Les Français Samuel Dumoulin, Jérôme Pineau et Jérémy Roy, l'Irlandais Nicolas Roche et le vétéran allemand Jens Voigt ont demandé et obtenu ce rendez-vous à la suite des révélations de dopage de Laurent Jalabert en 1998 et de la déclaration de Lance Armstrong vendredi dans les colonnes du journal Le Monde. Ils expriment leur lassitude d'être salis en permanence, dans un communiqué paru vendredi et écrit par le CPA, le syndicat des coureurs.

Les coureurs du Tour de  France, par le biais de leur association,  ont  en effet réagi vigoureusement vendredi aux accusations de dopage liées à des affaires passées. "Il est déshonorant de se faire systématiquement traîner dans la boue et  dénigrer par certains qui cherchent, soit à gagner de l'argent sur nous, soit à  rechercher de la notoriété. Trop, c'est trop!", a déclaré le CPA.

"Aujourd'hui les limites du supportable ont été atteintes ! Nous avons depuis de nombreuses années démontré notre bonne volonté en direction d'une lutte antidopage sans faille. Nous le payons souvent au détriment de notre vie  privée et de notre intégrité physique. Si la culture du dopage avait lieu dans les années 90, depuis 15 ans notre sport combat seul ce fléau du dopage. Nous en sommes même aujourd'hui les précurseurs au regard de beaucoup", a poursuivi l'association des coureurs. 

"Notre génération parle et agit en pensant au présent et surtout à l'avenir, mais certainement pas d'un passé révolu. Nous aimerions donc que l'égalité de traitement puisse se mettre en place. Nous sommes des coureurs cyclistes professionnels et fiers de l'être. Mais ne nous considérez pas comme des sous-citoyens, comme vous le faites depuis trop longtemps. Respectez nos droits fondamentaux d'individus à part entière". 

Les jours précédant le départ du Tour de France ont été rythmés par le  rappel d'affaires de dopage remontant au passé, le dernier élément en date  étant l'entretien paru dans le journal Le Monde de l'Américain Lance Armstrong,  déchu de ses sept victoires (1999 à 2005) pour dopage. "Au regard des efforts faits pour construire le Tour, de ce que font les  coureurs, de tout ce qu'ils acceptent, de l'implication des fédérations, on a  l'impression que c'est de l'acharnement", a relevé pour sa part Vincent Lavenu,  responsable de l'équipe française AG2R La Mondiale qui a rappelé: "Le Tour est  un monument du sport qui est envié dans le monde entier."

Vidéo : Fourneyron a rencontré les coureurs

Voir la video

Christian Grégoire