John Gadret (AG2R-La Mondiale)
John Gadret (AG2R-La Mondiale) | DR

Les coureurs abordent les Pyrénées avec impatience et inquiétude

Publié le , modifié le

Christophe Riblon, John Gadret, William Bonnet ou encore Maxime Montfort appréhendent un peu les premiers grands cols du Tour. Pour autant, ils ne s’en font pas une montagne.

Christophe Riblon, le franc-tireur de la formation AG2R, se remémore sa victoire de 2010 avec délectation. « Je connais bien l’arrivée à Ax-3 Domaines parce que j’avais gagné là-bas il y a trois ans. J’aimerais être devant sur cette étape et jouer la gagne, mais je ne veux pas jouer le difficile », confie-t-il avant d’insister sur son rôle et ses ambitions. « Sur cette première semaine, j’avais pour consigne de rester auprès de Péraud et de ne pas me glisser dans les échappées. Je devais m’économiser. Maintenant, on va avoir des belles opportunités pour aller au bout voire prendre un maillot jaune. Je ne suis pas trop loin au général. On va serrer les cale-pieds. Il va y avoir une grosse bagarre pour être devant. En tous cas, la forme est excellente », avoue-t-il.

Bardet : "Notre domaine de prédilection"

Son coéquipier Romain Bardet se réjouit également d’aborder les grandes difficultés : « Je suis heureux d’arriver enfin dans la montagne », sourit-il. « C’est notre domaine de prédilection pour nous, les AG2R-La Mondiale. On va essayer de faire au mieux. Ca va être deux étapes très différentes avec une course pour le général d’abord puis une course pour la victoire d’étape dimanche. Mais chaque opportunité sera bonne à prendre, qu’importe l’étape ».

Maxime Monfort pense lui qu’il s’agit d’une opportunité pour les leaders de faire un coup : « C’est le premier test, la première arrivée au sommet. Je pense que les favoris sont impatients de voir où ils en sont », confie le Belge de l’équipe RadioSchack. « Pour nous ce sera pareil avec Andy (Schleck), Zubeldia et Klöden. Sur les 15 premiers jours du Tour, il n’y a pas énormément d’explications donc il faut être là ce week-end ».

Bonnet : "Ne pas se mettre trop de pression"

William Bonnet avoue tout de même s’interroger sur sa forme réelle : « Il y a toujours une appréhension avant d’aborder les premiers grands cols. Je pense que c’est pour tout le peloton pareil d’ailleurs », affirme le coureur de la FDJ.fr. « Tout le monde a hâte de voir comment répondent les jambes dans la montagne. Il faut y aller sereinement sans trop se poser de questions. Avec l’expérience, on ne se met pas trop de pression ».

Le leader des AG2R se montre également très prudent: « Les Pyrénées, c’est le premier rendez-vous pour tous ceux qui visent une place au général », dit Jean-Christophe Péraud. « On attend ça avec impatience et inquiétude. J’ai fait une course convenable jusqu’à présent. Reste à voir ce que ça va donner maintenant. Je serai un peu sur la défensive mais j’ai une équipe qui bosse bien ».

Gadret : "La grosse bagarre"

Et notamment de John Gadret, même si le grimpeur au crâne lisse ne misera pas tout sur ces deux jours qui précédent le repos salvateur : « Ca sent la grosse bagarre. En plus, avec la chaleur, il risque d’y avoir des défaillances. Ca va se jouer à l’usure. Nous sommes prêts pour la bagarre. Les favoris vont être obligés de se montrer d’autant que le dernier col de l’étape suivante est assez loin de l’arrivée. En règle générale, je suis plus Pyrénées que Alpes mais cette année, c’est différent. Il y a une arrivée au Grand Bornand et j’ai un appartement là-bas. C’est une étape qui me tient à cœur ». Une bonne façon de noyer le poisson.

Vidéo: J-C Peraud redoute la chaleur

Voir la video