Novak Djokovic et Rafael Nadal
Novak Djokovic et Rafael Nadal lors de la demi-finale 2011 à Roland-Garros | AFP - PATRICK KOVARIK

Les combats des chefs

Publié le , modifié le

Malgré son 6e rang mondial, David Ferrer fait partie des quatre meilleurs joueurs du monde sur terre-battue. Avec Rafael Nadal, Novak Djokovic et Roger Federer, ce sont donc des demi-finales logiques. Aboutiront-elles à une finale habituelle ?

Pour la quatrième fois sur les sept dernières années, Rafael Nadal et Roger Federer se retrouveront-ils en finale à Roland-Garros ? Seul Robin Soderling avait empêché les deux hommes de conserver dans leurs mains le dernier dimanche de la quinzaine parisienne (en 2009 et 2010). Le Suédois absent, Novak Djokovic ou David Ferrer ont-ils les moyens de prendre la relève ? Sur les quatre grands tournois de "préparation" sur terre (Monte-Carlo, Barcelone, Madrid, Rome), les quatre hommes ont été les plus réguliers, seul Berdych venant se frotter à eux. Les quatre composaient déjà le dernier carré à Rome à mi-mai, pour une finale Djokovic-Nadal qui était déjà celle de Monte-Carlo. A Barcelone, où Federer et Djokovic étaient absents, Nadal et Ferrer se sont joués en finale, alors que sur la terre très spéciale de Madrid, Federer avait été le seul à s'en sortir pour s'imposer, les trois autres chutant en quarts.

20e Nadal-Ferrer

Grand favori pour la qualification comme pour le titre, Rafael Nadal a la faveur des pronostics avant de défier son compatriote David Ferrer. Pour la 20e fois de leur carrière, les deux Ibères se feront face. Pour le moment, le 6e mondial a battu seulement à quatre reprises son benjamin, dont la dernière fois à en quarts de finale de l'Open d'Australie en 2011, mais une seule fois sur terre-battue. Et en plus, ce succès remonte à 2004, à Stuttgart, au temps où Nadal n'était pas encore le roi de Roland-Garros et de la surface. De plus en plus solide, physiquement intraitable, Ferrer a été récompensé de tous ses progrès par cette première qualification dans le dernier carré parisien.

Est-ce suffisant ? Cela paraît peu probable, d'autant que le Majorquin n'a toujours pas cédé une seule manche dans cette édition. Frais, il ne l'a peut-être jamais été autant à l'aube du dernier carré, et il est bien décidé à conquérir une 51e victoire en 8 participations à Paris, soit deux victoires de plus que Bjorn Borg, qu'il peut dépasser en allant chercher une 7e couronne, un record. Sa puissance, son expérience, sa hargne et tout son jeu lui laissent une bonne longueur d'avance. David Ferrer parviendra-t-il à être le premier à arracher une manche au N.2 mondial ? Fera-t-il encore mieux ? C'est tout l'enjeu du bras de fer que les deux hommes débuteront sur le court Philippe-Chatrier.

26e Federer-Djokovic

Dans l'autre demi-finale, cela devient également un rituel entre Novak Djokovic et Roger Federer. Ce sera le 26e duel entre les deux hommes, et si le Suisse mène 14-11, il n'a remporté qu'un seul des six derniers matches depuis 2011. Battu en demi-finales à Rome, en mai, et à l'US Open, en septembre dernier, l'ancien N.1 mondial garde néanmoins en mémoire qu'il avait été le premier à faire chuter le Serbe dans la saison 2012. C'était déjà à Roland-Garros, et déjà en demi-finale, au terme d'un match d'anthologie conclu au jeu décisif du 4e set. Les deux joueurs ont un point commun cette année: n'avoir pas survolé leurs matches précédents. Ils ont chacun montré des signes de faiblesse, ont chacun semblé chercher leur jeu et les bonnes sensations. Mais ils ont tous deux survécu. Pour la première fois, Novak Djokovic peut se qualifier pour la finale de ce tournoi, le seul qui manque à son palmarès, celui qu'il doit décrocher pour réaliser un Grand Chelem sur deux saisons, ce que ni Nadal ni Federer n'ont réussi à faire.

Le Suisse comme le Serbe ont déjà donné beaucoup physiquement dans ces Internationaux de France. Quelle sera leur fraîcheur, et notamment celle de Federer, qui disputera sa 31e demi-finale en Grand Chelem (autant que le record de Jimmy Connors) à bientôt 31 ans, alors que Djokovic n'en sera qu'à sa 15e, mais à 25 ans ? S'ils réalisent une performance aussi exceptionnelle qu'en 2011 sur ce même court, une seule chose est certaine : ils ne seront pas frais pour disputer la finale, même s'ils n'ont pas montré de faiblesses physiques jusque-là.