Etape 14 Sanchez victorieux
Luis Leon Sanchez les bras au ciel | AFP - Lionel Bonaventure

Leon Sanchez en costaud

Publié le , modifié le

Luis Leon Sanchez (Rabobank) a remporté la 14e étape du Tour de France entre Limoux et Foix. Le coureur espagnol a pris le meilleur sur ses quatre compagnons d'échappée qui avait relégué à 17 minutes le peloton. La Sky a contrôlé la course et le maillot jaune Bradley Wiggins (Sky) a connu une journée tranquille alors que Cadel Evans (BMC) a connu plusieurs crevaisons sans conséquence.

Leon Sanchez en solo

"La persévérance vient à bout de tout" dit le proverbe. Luis Leon Sanchez l'a encore prouvé sur les routes du tour. Animateur de la course depuis le début de Tour, battu par Voeckler dans les Alpes, rattrapé par Wiggins à quelques hectomètres de l'arrivée rien, le coureur espagnol a pris le meilleur sur des coureurs expérimentés –  Sandy Casar (FDJ), Peter Sagan (Liquigas), Gorka Izagirre (Euskaltel), Philippe Gilbert (BMC) – pour s'offrir sa quatrième étape dans le Tour après ses succès de Aurillac (2008), Saint-Girons (2009) et Saint-Flour (2011).

L'échappée record

Il a fallu attendre plusieurs tentatives et quelques kilomètres pour voir l'échappée se dessiner. Au kilomètre 35, le maillot vert et sprinteur Peter Sagan (Liquigas) est ressorti du peloton avec Steven Kruijswijk (Rabobank) et Sergio Paulinho (Saxo Bank). Une horde d'ambitieux ont rejoint les trois hommes: Giampaolo Caruso et Eduard Vorganov (Katusha), Sandy Casar (FDJ), Cyril Gautier (Europcar), Sébastien Minard (AG2R), Gorka Izagirre (Euskaltel), Luis Leon Sanchez (Rabobank), Philippe Gilbert (BMC) et Martin Velits (Omega Pharma). Soit 11 coureurs. Après un début de course rapide, à la vitesse moyenne de 46,2km/h, L'écart de échappée a enflé comme jamais: 10, 11, 12, 13 et 15 minutes d'avance à 70 kilomètres de l'arrivée et même 17 minutes sur la fin. Un écart record dans ce Tour 2012. Parmi les hommes de tête, les grands baroudeurs étaient en nombre tels que Leon Sanchez, Casar, Gautier et Sagan. Ce dernier en a profité pour s'offrir le sprint intermédiaire et 20 points, portant son avance à 84 points sur André Greipel (Lotto) dans la course au maillot vert.

Les premiers cols pyrénéens sous la pluie

Sous la pluie, les échappées et le peloton derrière à 14 minutes se sont couverts pour gravir sous la pluie la première difficulté du jour, le col du Port de Lers, 11,4 km à 6,8 de pente moyenne, avec des passages à 12%. L'écart est descendu à 14 minutes avant de remontrer à 16 minutes au début de la montée de la seconde difficulté du jour, le mur de Péguère avec es pourcentages à 16 et 18%, les plus forts dans toute l'histoire du Tour. Naturellement, l'ascension a écrémé l'échappée. Casar, Leon Sanchez, Izagirre et Gilbert ont creusé l'écart avant d'être récupéré par l'étonnant Sagan dans le dernier kilomètre de la montée. Casar a faussé compagnie sur la fin pour faire la descente en tête avec 11" d'avance sur ses compagnons.

Punaises malveillantes

R.A.S. du côté des leaders. Circulez, il n'y a rien à voir!  Au départ de cette entame pyrénéenne, le Britannique Bradley Wiggins,  porteur du maillot jaune, compte 2 min 05 sec d'avance sur son coéquipier et  compatriote Chris Froome et 2 min 23 sec sur l'Italien Vincenzo Nibali,  spécialiste des descentes. A l'arrivée, Wiggins compte 2 min 05 sec d'avance sur son coéquipier et  compatriote Froome et 2 min 23 sec sur Nibali. Les Sky ont contrôlé la montée très raide sans forcer sur la pédale et Wiggins a passé une journée tranquille. Evans a crevé au sommet du col. Il a du attendre Amaël Moinard pour repartir avec 1 minute 30 de retard. Averti, le peloton a ralenti au moment où Pierre Rolland (Europcar), pas informé, a décidé d'attaquer dans la descente.  Wiggins, Nibali et à nouveau Evans ont connu une crevaison en raison de… clous malveillants placés sur la route. Rien de grave au final car le peloton a ralenti pour attendre Evans distancé.  

Un mini-contre-la-montre 

Le sommet de Péguère est toutefois distant de 38,5 kilomètres de l'arrivée à Foix. Avec 16 minutes d'avance, les cinq – Casar, Leon Sanchez, Sagan Casar et Leon Sanchez sont décidément inséparables sur les routes du Tour puisqu'ils se sont déjà affrontés à trois reprises pour une victoire d'étape. Le Murcien mène 2-1 dans ses confrontations avec le Francilien. Là, avec Sagan dans l'échappée, les coureurs savaient qu'il fallait tout tenter pour éviter le sprint injouable face au maillot vert du Tour, déjà vainqueur à trois reprises sur le Tour 2012 et qui a définitivement assuré son maillot vert avec un sprint (20 points) et une deuxième place). En effet,  Leon Sanchez a attaqué à 11 kilomètres de l'arrivée. En spécialiste du contre-la-montre (il est triple champion d'Espagne en titre), Leon Sanchez a fourni un effort solitaire impressionnant pour créer un écart de 40 secondes et s'imposer sur le Tour. En costaud.

Le dernier kilomètre de la 14e étape

Voir la video

Sanchez: "il fallait se lancer de loin"

Voir la video

Mathieu Baratas