Gilles Simon à l'entraînement
Gilles Simon à l'entraînement | Grégory Jouin

L’énigme Gilles Simon

Publié le , modifié le

Incapable de passer le troisième tour à Roland-Garros alors qu’il a déjà atteint les quarts de finale à Melbourne, Gilles Simon reste une énigme. Contreur génial et tactiquement très au point, le natif de Nice manque de coups forts pour rivaliser avec les meilleurs. Il aborde le tournoi avec l’envie de briller devant un public toujours interrogatif sur son réel niveau.

Gilles Simon est-il un crack ? Entendons nous bien, le quatrième Mousquetaire du tennis français n’est pas une « truffe », loin de là même. Mais beaucoup d’observateurs restent circonspects face aux capacités d’un joueur atypique à se hisser dans le Top 5 mondial. Capable d’exploits incroyables –victoires sur Federer et Nadal notamment- comme de défaillances inattendues, le résident suisse ne fait pas l’unanimité. Ses déclarations concernant le fonctionnement du groupe France en Coupe Davis avait d’ailleurs pu irriter certains, ceux qui ne connaissent le joueur que de façade. Ceux qui ignorent le franc parler d’un homme dont tous ses potes (Tsonga et Monfils en tête) s’accordent à dire qu’il est juste quelqu’un de bien –comme aurait dit Enzo Enzo.

Moins doué que Gasquet, moins puissant que Tsonga, moins showman que Monfils, Simon est surtout moins célèbre que ses acolytes, moins en vu dans les médias. S’il affirme ne pas en prendre ombrage, le malicieux Gilles espère enfin prouver à tout le monde qu’il peut faire aussi bien qu’eux. Il compte d’ailleurs des succès à Casablanca et Bucarest qui confirment son potentiel sur une surface où son jeu de contre aura toujours plus de mal à s’exprimer que sur dur. Pour retrouver le Top 10 et se rapprocher de son meilleur classement (7e en 2008), le 19e joueur mondial doit enfin crever l’écran des téléspectateurs français. En janvier à l’Open d’Australie, il avait poussé Roger Federer dans ses derniers retranchements, lors d’un 2e tour splendide qui valait bien un quart de finale. Souhaitons lui déjà d’aller en deuxième semaine Porte d’Auteuil. Il en a largement les moyens.