Christophe Lemaitre
Christophe Lemaitre se prend au jeu des interviews | AFP - Philippe Desmazes

Lemaitre veut "rester dans l'ombre"

Publié le , modifié le

Quelques heures après le coup de tonnerre dû au forfait d’Asafa Powell sur le 100m, le jeune leader du sprint français, Christophe Lemaitre, est apparu très serein en conférence de presse et se considère toujours comme "un outsider" sur la ligne droite pour ces Mondiaux. Le forfait du Jamaïquain laissant "plus de chances aux autres d'avoir une médaille", indique le triple champion d’Europe sur 100m, 200m et 4x100m.

Les jours passent et les leaders du 100 mètres mondial tombent comme des mouches. Si le principal adversaire d’Usain Bolt pour une médaille d’or, Asafa Powell, vient de renoncer pour une blessure aux adducteurs, la liste de forfaits pour les courses de sprint était déjà impressionnante avant d’arriver en Corée. L'Américain Tyson Gay, double champion du monde sur 100m et 200m à Osaka en 2007, s'était blessé en juin, tandis qu’en juillet, le Jamaïquain Steve Mullings et l'Américain Mike Rodgers avaient été pris par la patrouille après des contrôles antidopage positifs.

Lemaitre : "Plus proche du podium sur 200m"

Au jeu de l’élimination, Lemaitre grimpe ainsi dans la hiérarchie et voit se rapprocher le podium sur le papier. Avec son record de France et ses 9 sec 92 de juillet dernier, le Savoyard pointe désormais à la 6e place dans les bilans de l’année. Mais ce dernier ne s’enflamme pas et prend tout cela avec beaucoup de recul : "La Jamaïque peut se permettre de le remplacer par Michael Frater. Et vu la richesse qu'il y a sur le 100 mètres, ça reste encore serré. Pour moi, le podium reste plus proche sur 200 m". "Je préfère rester dans l'ombre, dans mon coin. Une position qui me va bien. Je suis sûr à 50% des 60% de chances que je pense avoir de monter sur le podium, après les nombreuses défections", explique le protégé de Pierre Carraz.

Lemaitre, qui devra justement faire sans son entraîneur ici au pays du matin calme, blessé au dos après une grosse chute de vélo, se montre également détendu quand on aborde le sujet. "J'aurais aimé qu'il vienne. Cela m'aurait permis d'avoir un soutien supplémentaire et de prendre les meilleures décisions. Mais j'ai déjà disputé beaucoup de meetings et participé à des sélections en équipe de France au cours desquelles je me suis géré tout seul. Et puis, il y a le téléphone et Skype ! Un ami du club d'Aix-les-bains lui a installé ça sur son ordinateur et lui a montré comment ça marche.", raconte-t-il. 

Bref, tout à l’air de bien se passer sur la planète Lemaitre pour pouvoir espérer approcher les étoiles. Première partie de réponse samedi avec le premier tour du 100 mètres…

Gilles Gaillard