Christophe Lemaitre et Usain Bolt
Usain Bolt félicite Christophe Lemaitre à la fin de la finale du 200m | AFP - Adrian Dennis

Lemaitre se rapproche du maître

Publié le , modifié le

Christophe Lemaitre a décroché la troisième médaille française de ces Mondiaux de Daegu en prenant la 3e place du 200 m samedi soir, en 19"80. Il explose au passage son record de France et devient le premier tricolore à passer sous la barrière des 20". Il se classe derrière le roi jamaïquain Usain Bolt (19.40), qui a pris sa revanche du 100m, et l'Américain Walter Dix (19.70).

A 21 ans, Lemaitre a profité de ce demi-tour de piste pour rafraîchir le record de France de la spécialité, améliorant le chrono de 20 "16 établi par Gilles Quénéhervé en 1987 et par lui-même depuis les championnats de France 2010. Parti très vite dans le couloir 6, le triple champion d'Europe a résisté au Norvégien Jaysuma Saidy Ndure, couloir N.8, dans la dernière ligne droite pour obtenir sa première médaille mondiale. "Troisième c'est le maximum que je pouvais faire avec Bolt et Dix. 19.80 c'est quand même incroyable. Je suis surpris car entre espérer avoir une médaille avec un bon chrono et le réaliser c'est tout de même différent", déclare le Savoyard à l'issue de la course.

"Je suis bien parti, après c'est devenu compliqué dans le virage. Avec la vitesse je me suis déporté et c'était très dur à contrôler", a-t-il ajouté. "J'ai vu que j'étais 4e derrière le Norvégien à l'entrée de la ligne droite, je me suis dit c'est pas possible, faut vraiment que je fasse quelque chose", a poursuivi le Français de 21 ans.."Après avoir franchir la ligne je voulais attendre d'être sûr d'avoir la médaille. Mon sentiment c'est que j'ai fait ce qu'il fallait. Le chrono c'est bien mais si j'avais été 3e sans le battre j'aurais quand même pris la médaille", explique Lemaitre sourire aux lèvres.

Après une quatrième place sur 100 m, il décroche finalement les étoiles sur une distance qui reste sa discipline de prédilection. "Certes, j'adore le 100m. Mais le 200m, je l'ai un peu plus dans la peau notamment parce que je suis un bon vireur. J'aime la sensation de vitesse, de catapulte éprouvée dans le virage", analyse-t-il. "Dans le virage, j'aime l'idée de rester bien en ligne malgré toutes les turbulences générées par la course. Ne pas perdre trop de vitesse à la sortie du virage est un thème que j'aime bien creuser", conclut le protégé de Pierre Carraz.

Devant lui, Bolt a sans souci repris sa domination sur le sprint, après sa disqualification en finale du 100 m dimanche dernier, en s'imposant avec le 4e chrono de tous les temps.

Gilles Gaillard