Chela Juan Ignacio retour 052011
Juan Ignacio Chela | AFP

Le retour de Chela

Publié le , modifié le

A 31 ans, Juan Ignacio Chela vit les plus belles heures de sa carrière. Comme en 2004, année de sa 15e place mondiale, il s’est hissé en quart de finale de Roland-Garros. Cette fois l’Ecossais Andy Murray (N.4) remplace son bourreau de l’époque, Tim Henman. Un tirage plutôt clément pour ce spécialiste de terre battue qui compte six titres sur l’ocre puisque le Britannique a vécu un match sur deux jours face à Troicki et souffre de la cheville.

Le tennis albiceleste attendait Juan Martin Del Potro, il a hérité de Chela. Un Juan en remplace un autre au sommet de la hiérarchie argentine, puisque ce trentenaire originaire de Buenos Aires deviendra le numéro 1 argentin la semaine prochaine au classement ATP. Un retour à la lumière pour un joueur qui avait disparu de la circulation. Suivant la mauvaise tendance argentine de l’époque (Coria, Cañas, Puerta), il fut contrôlé positif à un contrôle anti-dopage en 2001. Un résultat qui le tenu éloigné des courts pendant trois mois. En chute libre dans ses performances depuis 2007, on pensait bien le sud-américain fini sur le circuit. Il n’en fut rien. En 2010, il a fait un retour étonnant au premier plan en remportant deux titres sur la terre de Houston et de Bucarest. En début de saison, il était finaliste à Buenoas Aires, défait par un très bon Nicolas Almagro. Expert de la terre battue, Juan Ignacio Chela peut déstabiliser un Andy Murray diminué. Mais si la cheville de l’Ecossais tient bon, l’Argentin n’aura pas la faveur des pronostiques.