Prologue Wiggins
Bradley Wiggins lors du prologue du Tour de France | PASCAL PAVANI / AFP

Le rendez-vous des chronophages

Publié le , modifié le

Les favoris du Tour ont rendez-vous entre Arc-et-Senans et Besançon, pour 41,5 kilomètres contre-la-montre. Bradley Wiggins et Cadel Evans, les "dévoreurs de temps", vont pouvoir d'expliquer sur leur terrain de prédilection lors de cette 9e étape décisive.

Le parcours : Pour gros rouleurs uniquement

41,5 km de plat et quelques montées casse-pattes au programme. Jean-François Pescheux, le responsable du parcours du Tour, résume parfaitement ce tracé : "Nous l’avons corsé d’une bosse qui va faire mal, c’est sûr. En choisissant ce terrain, nous avons voulu favoriser l’émergence d’un homme fort…" Le départ sera donné à Arc-et-Senans devant la Saline royale créée par la  volonté de Louis XV et bâtie entre 1775 et 1779 suivant les plans de  Claude-Nicolas Ledoux. L'arrivée est jugée dans la préfecture du Doubs (120.000 habitants), au  riche patrimoine horloger. Tout un symbole pour une épreuve contre-la-montre !

Les coureurs à suivre : Le roi et les prétendants

Spécialiste incontesté de l'effort solitaire, Fabian Cancellara fait figure de favori. Le Suisse, déjà vainqueur du prologue et quadruple champion du monde (2006, 2007, 2009, 2010) en contre-la-montre, devrait trouver un terrain à la mesure de ses capacités. Ses plus grand rivaux pourraient être l'Allemand Tony Martin, champion du monde en titre, mais surtout Bradley Wiggins et Cadel Evans, tous les deux galvanisés par la lutte pour le Maillot Jaune. L'Anglais et l'Australien, excellents rouleurs, vont sans doute se livrer un duel sans merci. Le vainqueur marquera des points psychologiques importants, voire décisifs.

Les enjeux : Gare à la casse

S'il semble acquis que Wiggins et Evans figureront parmi les meilleurs temps à l'arrivée, pour les rivaux de ces deux hommes, il s'agira surtout d'éviter de prendre un éclat. Vicenzo Nibali, que beaucoup voient comme le 3e homme de ce Tour, devra ainsi tout donner pour éviter d'être irrémédiablement distancé. S'il parvient à rester au contact des deux fusées de la Sky et de BMC, l'Italien pourra aborder la haute montagne avec beaucoup plus de sérénité, sans être obligé de se lancer dans des attaques au long cours insensées.

Le chiffre : Les trois derniers grands "chronos" du Tour:

2009 (Annecy, 40,5 km):
1. Alberto Contador (ESP), 50,103 km/h
2. Fabian Cancellara (SUI) à 3 sec
3. Mikhail Ignatiev (RUS) à 15 sec
...
6. Bradley Wiggins (GBR) à 43 sec
12. Cadel Evans (AUS) à 1 min 14 sec
  
2010 (Pauillac, 52 km):
1. Fabian Cancellara (SUI), 51,2 km/h
2. Tony Martin (GER) à 17 sec
3. Bert Grabsch (GER) à 1 min 48 sec
...
9. Bradley Wiggins (GBR) à 3 min 33 sec
166. Cadel Evans (AUS) à 10 min 57 sec
  
2011 (Grenoble, 42,5 km):
1. Tony Martin (GER), 45,9 km/h
2. Cadel Evans (AUS) à 6 sec
3. Alberto Contador (ESP) à 1 min 05 sec

Julien Lamotte