Les coureurs mettent pied à terre
Les coureurs mettent pied à terre | BERND THISSEN / DPA / DPA/AFP

Le réconfort avant l'effort

Publié le , modifié le

Dernière journée de repos sur le Tour de France avant la remontée finale vers Paris dimanche. L'occasion de recharger les batteries pour les rescapés alors que se dressent devant le peloton deux terribles étapes des Pyrénées et un contre-la-monte peut-être décisif...

Pau, terre de repos. La cité béarnaise accueille ce mardi le peloton du Tour de France pour une journée de relâche plus que bienvenue après les efforts consentis depuis plus de deux semaines. Les coureurs rescapés attendaient cette coupure avec impatience car, même si les dernières étapes se sont disputées sur un tracé relativement plat, les organismes sont sévèrement atteints. Les Alpes sont passées par là... "Je suis content  que le jour  de  repos  arrive. J'ai senti aujourd'hui le mal aux jambes", déclarait ainsi Peter Sagan à l'arrivée de la 14e étape lundi. Il faut dire que le Slovaque se dépense sans compter depuis le départ de cette Grande Boucle, la conquête et la préservation de son Maillot Vert demandant un investissement quotidien.

Lui et les 157 autres coureurs restant ne sont pourtant pas au bout de leurs peines puisque mercredi se dessine l'étape reine des Pyrénées entre Pau et Bagnères de Luchon. 197 kilomètres au programme et le franchissement des quatre cols mythiques Aubisque, le Tourmalet, Aspin et Peyresourde... Le lendemain c'est à peine moins difficile, avec le col du Port de Balès, lui aussi classé en hors-catégorie et un parcours qui ne laissera aucun répit. Cette 18e étape sera la dernière chance pour les purs grimpeurs de faire des écart puisque samedi, la veille de l'arrivée sur les Champs-Elysées, l'ultime chrono du Tour, 53,5 kilomètres entre Bonneval et Chartres, officiera en juge de paix. Le peloton n'a pas fini de tirer la langue...

Julien Lamotte