Tommy Haas
L'Allemand Tommy Haas pour la première fois en quart à Roland-Garros | AFP - Patrick Kovarik

Le match du jour: Djokovic, le "missionnaire" face à Haas le miraculé

Publié le , modifié le

C'est un improbable quart de finale que le tournoi va proposer ce mercredi entre le N.1 mondial Novak Djokovic, 26 ans, qui n'a jamais gagné le tournoi parisien, et le revenant Tommy Haas, de neuf ans son aîné, tout étonné d'être à pareille fête et qui n'aura rien à perdre. Djokovic se dit "être en mission" en mémoire de celle qui fut son premier entraîneur, et Haas le miraculé veut goûter la saveur d'un quart. Un match qui s'annonce peut-être plus serré qu'il n'y paraît entre deux joueurs puissants et complets, très mobiles, et qui possèdent tous deux un retour de service exceptionnel.

Tommy Haas enfin ! Après dix-sept années de carrière, l'Allemand âgé de 35 ans atteint les quarts de finale de Roland Garros.  La meilleure performance qu'il avait obtenue jusqu'alors en Grand Chelem était une place de demi-finaliste en Australie, à trois reprises, en 1999, en en 2007 et en 2002, année où il atteint le 2e rang mondial. Après avoir mis une première fois sa carrière entre parenthèses puis, miné par les blessures,  avoir connu les pires difficultés pour revenir  sur le circuit, Tommy Haas a vraiment retrouvé des couleurs en 2012. Depuis, il semble ressuscité. Le miraculé n'en finit pas de surprendre comme en 8e de finale contre Mikhail Youzhny.  Ce n'est pas tant sa victoire 6-1, 6-1, 6-3 qui a impressionné. C'est surtout que, ce faisant, Tommy Haas est devenu, à 35 ans et 67 jours, le joueur le plus âgé à atteindre les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem depuis Andre Agassi en 2005. Il devient le troisième Allemand à atteindre au moins les quarts de finale des quatre tournois du Grand Chelem après Boris Becker et Michael Stich. A Roland-Garros, il a dû attendre sa douzième participation pour y parvenir, soit plus qu'aucun autre joueur avant lui.

Haas n'a rien à perdre

Pourtant cette réussite n'étonne pas l'Allemand qui souligne, à juste titre, que quelques autres trentenaires sont encore là et bien là. « Je pense qu'on est simplement plus intelligents en matière d'entraînement, d'alimentation, de récupération. L'aspect physique a progressé dans le sport de matière générale. Je pense que c'est pour ça qu'on voit peut-être plus de trentenaires faire de bonnes choses" A cela s'ajoute sans doute un peu plus de sérénité. Autant dire que rien ne peut plus lui arriver, après avoir tout connu, tout traversé. De fait, la pression ne risque pas de le paralyser. Être en quart est déjà un bonus, et se frotter à Djokovic est une gageure qu'il entend bien relever. Pour cela, Haas va s'appuyer sur ce qu'a montré au tour précédent son compatriote Kohlschreiber face à N.1 mondial un peut lent à l'allumage. L'Allemand a réellement posé de multiples problèmes au Serbe  dans les deux premiers sets. Il aurait sans doute pu faire mieux sans une gestion assez catastrophique des points importants (2 balles de break concrétisées sur 13). Haas sait donc comment s'y prendre et espère avoir plus de lucidité que Kohlscheiber pour connaître une issue différente.

Djoko à la mémoire de Jelena

Mais Djoko ne l'entend pas ainsi. Il vient de se qualifier pour la 16e fois consécutive pour les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem et cette fois, il veut absolument s'imposer Porte d'Auteuil. Après avoir appris le décès de celle qui fut la première à croire à lui et à l'entraîner, Djoko a déclaré être "en mission" pour lui rendre hommage. Et cela passe par une victoire à Paris. "Je me souviens de la dernière conversation que nous avons eue il y a deux semaines sur Roland-Garros (...) Elle m'a dit : 'Concentre-toi sur ce tournoi, c'est un tournoi que tu dois gagner'", a raconté Novak Djokovic  à la presse. "Jelena était mon premier entraîneur, ma deuxième mère. Nous étions très proches, elle m'a appris beaucoup de choses qui font partie intégrante de moi, de ma personnalité désormais", a-t-il ajouté. Autant dire que pour empêcher Djokovic d'aller chercher une première couronne à Roland, il faudra être très fort.

Vidéo : Djoko se confie à FTVsport

Voir la video

Christian Grégoire