Alejandro Valverde
Alejandro Valverde | JOEL SAGET / AFP

Le jour noir de Valverde

Publié le , modifié le

Ce 12 juillet 2013, Alejandro Valverde a perdu le Tour de France pour de bon. Sur une étape plate, au tracé a priori sans surprise, l'Espagnol a joué de malchance : victime des bordures et d'une crevaison fatale, il accuse désormais un retard de 12'10 sur Chris Froome.

Il reste 115 kilomètres avant Saint-Amand-Montrond. Le scénario de la 13e étape du Tour est on-ne-peut plus classique : six hommes de tête, tranquillement maîtrisés par le peloton (3'). Soudain, face au vent, la formation Omega Pharma-Quick Step décide de lancer une bordure sur les larges routes de l'Indre-et-Loire. Le début d'un long calvaire pour Alejandro Valverde. 

A peine la séparation entre les deux pelotons effectuée, l'Espagnol, jusqu'alors protégé dans le groupe de tête, est victime d'une crevaison. Pour faire la jonction, ses équipiers de l'équipe Movistar -avec Rui Costa mais sans Quintana- décident de l'attendre. Deuxième au général, il est en effet le leader incontestable de la formation espagnole et ne peut se permettre de prendre le risque de traîner parmi les retardés. Mais le rythme imprimé par les hommes de Cavendish, bientôt soutenus par Belkin, est trop soutenu pour Valverde et les siens. Happés par les victimes de la bordure, ils ne reviendront jamais. 

Fallait-il attendre Valverde ?

Trois heures plus tard, le vainqueur du Tour d'Espagne 2009 accuse le coup, déçu (il est désormais 16e au général, à 12'10 du maillot jaune) et frustré par ses mésaventures. "Ça a été un jour de malchance avec ma crevaison. Les autres équipes étaient trop rapides pour que je les reprenne", s'est désolé Valverde, qui a également pointé du doigt certains de ses adversaires.

"Je ne comprends notamment pas l’attitude d’Europcar", a dénoncé l'Espagnol, vexé par la formation française qui a soutenu le rythme du premier peloton avec Belkin et Omega avant de s'arrêter pour ramener Pierre Rolland, lui aussi victime d'une crevaison. 

Incapable de limiter les dégâts face au vent, en manque de vigilance et d'énergie malgré le soutien de ses coéquipiers, Valverde s'est effondré au moment où il s'y attendait sans doute le moins. Et s'il peut toujours se rassurer en constatant les efforts de son compatriote Contador pour relancer le Tour, le grimpeur a surtout exprimé son amertume. "J'aimerais bien éviter la malchance sur le Tour de France", a-t-il déclaré avec chagrin, conscient que ses ambitions au général s'étaient envolées. "Il m’arrive toujours quelque chose. Il n'y a rien à faire", a-t-il conclu.

Vidéo : Valverde perd le Tour