Cavendish joie 13e étape 12072013
Cavendish s'illustre encore | AFP

Mark Cavendish se rebiffe, Froome et Valverde piégés

Publié le , modifié le

Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) a remporté la treizième étape du Tour de France 2013 entre Tours et Saint-Amand-Montrond (173 km). Le sprinteur britannique, qui retrouve la voie du succès après une semaine compliquée, a profité d’une étape au scénario complètement fou pour s’imposer sans ses principaux concurrents. Parmi les nombreuses victimes des bordures du jour, Marcel Kittel échoue à près de 10 minutes de son rival... tout comme Alejandro Valverde, jusqu’alors deuxième du classement général. Le maillot jaune Chris Froome, lui aussi piégé par une accélération des Saxo à 30km de l’arrivée, concède 1'10 à Contador qui se donne un peu d’air au général. Mais quelle étape!

C'est la 25e victoire de la carrière de Mark Cavendish sur le Tour de France, qui monte ainsi sur le podium des coureurs les plus prolifiques de l'histoire de la Grande Boucle. Il égale André Leducq, et seuls Bernard Hinault (28) et Eddy Merckx (34) le devancent désormais.

"C'est incroyable d'avoir gagné cette étape. Mon équipe a fait un travail incroyable, j'en étais au point où je me disais que je n'étais plus un gagnant", a déclaré le vainqueur du jour, sous le feu des critiques depuis l'arrivée tumultueuse de Saint-Malo.  "Tout m'était favorable aujourd'hui. C’était un sprint d’échappée, pas massif, mais je dois d’abord cette victoire à mon équipe. La Saxo voulait se rapprocher de Froome, j'ai réussi à prendre le train en dernier, heureusement que mon équipe a réussi à m’emmener. Cinq secondes, et c'était trop tard". 

Pour Froome, le discours était plus nuancé. "Cela n'existe pas une étape calme sur le Tour", a affirmé l'Anglais tout en ajoutant encore une fois que "ce n'est jamais fini jusqu'à Paris". Avec désormais 2 minutes et 28 secondes d'avance sur le Néerlandais Bauke Mollema, le maillot jaune espère accentuer son avance ce week-end dans les Alpes. "C'était très difficile face au vent, et j'espère que ça ira mieux ce week-end avec le Mont Ventoux. Hier nous avons perdu (Edvald) Boasson Hagen, et aujourd'hui il aurait pu nous aider à garder le rythme, mais c'est la course !', a-t-il lâché.

Un scénario de course improbable

Tout avait pourtant débuté comme prévu, sur cette étape plate de bout en bout. Six coureurs se faisaient la malle au kilomètre zéro : Yohann Gène (Europcar), Ruben Perez (Euskaltel-Euskadi), Luis Angel Maté (Cofidis), Kris Boeckmans (Vacansoleil-DCM), Cyril Lemoine (Sojasun) et Przemyslaw Niemiec (Lampre-Merida). Le peloton, conscient que l’étape du jour était relativement courte (173 kilomètres), ne laissait que très peu de marge de manœuvre aux hommes de têtes. Il préférait donc, sous l’impulsion des hommes d’Omega Pharma-Quick Step, les contrôler autour des trois minutes.

Omega lance une bordure et piège Kittel

A 112 kilomètres de l’arrivée, les coéquipiers de Mark Cavendish décidaient soudainement d’accélérer. Les effets étaient dévastateurs : l’avance des hommes de tête chutait à vue d’œil, mais surtout, le peloton explosait en quatre gros morceaux face à un vent de trois-quarts défavorable.

La bordure tant redoutée ne piégeait toutefois pas les cadors du général : Chris Froome et Albert Contador, notamment, restaient parfaitement réfugiés derrière la locomotive de la formation belge. A l’inverse, le triple vainqueur d’étape Marcel Kittel était distancé par le « peloton de tête » de 70 coureurs environ. Les tricolores Jérémy Roy, Thomas Voeckler et Jérôme Coppel, mais aussi le champion du monde Philippe Gilbert, étaient eux aussi largués.

Les six fugitifs, lesquels affichaient encore trois minutes d’avance avant le coup de bordure, se faisaient happer à 95 kilomètres de la ligne. Derrière, le groupe Kittel se montrait bien incapable de reprendre le train de la première partie du peloton, et prenait plus d’une minute de retard sur la tête de course, toujours rythmée par les Omega Pharma ! Cavendish himself n’hésitait pas à prêter main forme à ses hommes pour maintenir son adversaire allemand à distance.

Valverde perdu, les Saxo lâchent Froome

Entre les deux groupes, l’équipe Movistar -hormis Quintana- se retrouvait à son tour dans une situation périlleuse. Arrêtée suite à une crevaison de Valverde, la formation espagnole ne parvenait pas à reprendre le train en marche. Avec le deuxième (Valverde) et le neuvième (Rui Costa) du classement général à leurs côtés, elle se faisait rejoindre par le deuxième peloton qui pointait à 1’10 (km 105) du groupe Froome/Cavendish. L’opération anti-Kittel prenait une toute autre dimension, dans une course de plus en plus nerveuse…

Avec deux membres du Top 10 au général dans le groupe des retardés, de nouvelles équipes (Belkin, notamment) décidaient logiquement d’en remettre une couche à l’avant. A 50km de Saint-Amand-Montrond, la chasse entre les deux pelotons s’intensifiait : la tête de course ré-accélérait, lançant une deuxième bordure. Trois nouveaux éventails se formaient, piégeant Richie Porte et Nairo Quintana ! En moins de dix kilomètres, l’écart entre le premier peloton et le groupe Valverde doublait à nouveau (de 48’’ à 1’45).

Le général en jeu

A 30 kilomètres de la ligne, les Saxo réalisaient un véritable coup de maître en créant une nouvelle bordure… piégeant le leader du général Chris Froome ! Un groupe de 14 -comportant Cavendish, Sagan, Chavanel, Mollema, Ten Dam et Contador- prenait ses distances. L’écart, longtemps minime (10’’), prenait de l’ampleur (30’’ au km 155) et commençait à inquiéter sérieusement les Sky.

Et pour cause : la formation d’Alberto Contador terminait son étape comme un contre-la-montre par équipes, emmenant dans son sillage Cavendish et Sagan. Les deux spécialistes pouvaient s’expliquer dans les derniers hectomètres, mais le Britannique avait trop soif de revanche. Touché dans son orgueil, il surpassait le maillot vert et remportait sa deuxième victoire d’étape sur le Tour 2013.

Le perdant du jour aurait pu être Chris Froome, qui a perdu plus d’une minute au général, mais son dauphin Alejandro Valverde a tout simplement perdu le Tour ce vendredi. Deuxième à 3’25 au départ de l’étape, l’Espagnol s’écroule ce soir à la 16e place, à 12’10 du leader britannique. "Ça a été un jour de malchance avec ma crevaison", a-t-il réagi. "Les autres équipes étaient trop rapides pour que je les reprenne. Je ne sais pas pourquoi certains ont accéléré, mais bon". Le Français Jean-Christophe Péraud se hisse quant à lui à la 9e place du général. Un joli coup pour celui qui espère terminer dans le top 10 du Tour 2013.

Vidéo : La revanche de CavendishVoir la vidéo SGV Sport

Vidéo : La réaction du vainqueurVoir la vidéo-->Voir la video

Classement de la  13e étape du Tour de France

1. Mark Cavendish (GBR/OPQ) les 173,0 km en 3h40:08.
2. Peter Sagan (SVK/CAN) à 0:00.
3. Bauke Mollema (NED/BKN) 0:00.
4. Jakob Fuglsang (DEN/AST) 0:00.
5. Niki Terpstra (NED/OPQ) 0:00.
6. Roman Kreuziger (CZE/SAX) 0:00.
7. Alberto Contador (ESP/SAX) 0:00.
8. Laurens ten Dam (NED/BKN) 0:00.
9. Sylvain Chavanel (FRA/OPQ) 0:06.
10. Michael Rogers (AUS/SAX) 0:09.

Classement général du Tour de France après la 13e étape

1. Chris Froome (GBR/SKY) 51h00:30.
2. Bauke Mollema (NED/BKN) à 2:28.
3. Alberto Contador (ESP/SAX) 2:45.
4. Roman Kreuziger (CZE/SAX) 2:48.
5. Laurens ten Dam (NED/BKN) 3:01.
6. Jakob Fuglsang (DEN/AST) 4:39.
7. Michal Kwiatkowski (POL/OPQ) 4:44.
8. Nairo Quintana (COL/MOV) 5:18.
9. Jean-Christophe Péraud (FRA/ALM) 5:39.
10. Joaquim Rodriguez (ESP/KAT) 5:48.