Vincent Lavenu
Vincent Lavenu, manager de l'équipe AG2R La Mondiale | Alexandre MARCHI/MAXPPP

Lavenu: Betancur peut envisager un Top 5

Publié le , modifié le

La plupart des coureurs se sont déjà exprimés sur le tracé du Tour de France 2014, mais il est également intéressant d’avoir le point de vue d’un manager, celui qui va composer une équipe et élaborer un plan de bataille pour les trois semaines de compétition. Manager général chez AG2R La Mondiale, Vincent Lavenu dévoile pour francetvsport.fr où en est sa réflexion pour la prochaine édition de la Grande Boucle. Auteur d'un excellent début de saison en 2013, son coureur colombien Carlos Alberto Betancur pourrait bien être aligné, et viser une place dans les cinq premiers.

Tout d’abord, qu’évoque pour vous ce Tour 2014 ?
- Le Tour de France est un événement mondial, et il me paraît normal que les autres pays en profitent un petit peu. Il ne faudrait pas que ce soit excessif. Un retour en Angleterre après plusieurs années et l’engouement suscité à l’époque, et aussi après le succès du cyclisme britannique depuis quelques temps avec les victoires de Wiggins et Froome. L’Angleterre est ainsi récompensée, et il faudra s’attendre à un nouveau départ dans la fête.

Pour en revenir à la compétition, que pensez-vous de ce tracé ?
- Il y a beaucoup d’étapes de plat. Beaucoup d’étapes pour les sprinteurs. Il y aura aussi trois massifs montagneux, même si les Alpes seront un peu éludées. Le gros de la montagne se jouera dans les Pyrénées. Sans qu’il soit excessivement difficile, il y aura de quoi débattre sur les montagnes, lorsque l’on sait que le classement général se fait là.

Redoutez-vous la cinquième étape, celle des pavés ?
- Il faudra tenir compte de cette étape là, qui sera déterminante. Elle risque de faire perdre des illusions à certains leaders. Comme cela a été le cas lors des éditions empruntant les pavés, il y a de grandes chances pour qu’il y ait des mauvaises surprises. Il y aura une énorme tension ce jour là, pour protéger d’une part les leaders, les équipes de sprinteurs vont quant à elles travailler pour placer leur sprinteur devant, donc il y aura une tension énorme, et forcément des gamelles. Sachant en plus que cette étape là intervient après seulement cinq jours, elle sera très importante.

La présence de cette étape pavée va-t-elle influencer vos choix au moment de constituer votre équipe ?
- On va en tenir compte, effectivement. Nous avons aujourd’hui des coureurs capables de bien figurer au classement général, sans envisager pour le moment le podium… Mais si (Carlos Alberto) Betancur poursuit sa progression, on pourrait espérer un très bon classement, mais c’est s’il est au départ du Tour, car cela n’est pas encore défini. Betancur est un coureur qui, pourquoi pas dès 2014, peut envisager un Top 5. Il faudra effectivement, dans ce cas là, que ce soit pour Betancur, Bardet ou Péraud, être capable d’amener ces coureurs là de manière optimisée, en les protégeant bien. On tiendra compte de ce paramètre là pour composer l’équipe.

Quelles sont aujourd’hui vos certitudes ?
- Il y aura Péraud, il y aura Bardet, il y aura Riblon, après, Betancur c’est un point d’interrogation. A priori, il est parti sur l’idée de faire le Tour de France. On va en reparler avec lui, parce que maintenant on a la connaissance exacte du parcours, mais il y a de grandes chances pour qu’il y soit. Après, il faudra autour de cela, composer une équipe capable de protéger ces coureurs, notamment par rapport à cette étape des pavés.

Romain Bonte