Tristan Lamasine
Le junior Tristan Lamasine | Benoit Jourdain

Lamasine roule en demie chez les juniors

Publié le , modifié le

Tristan Lamasine s’est qualifié pour le dernier carré du tournoi Juniors de Roland-Garros. Il a battu en deux sets l’Allemand Robin Kern (6-4, 7-6) en 1h34 de jeu. Sa famille, présente dans les tribunes pour le soutenir, est évidemment ravie de ce résultat. En demi-finale, il affrontera l’Américain Bjorn Fratangelo. Révélation française du tableau féminin senior, Caroline Garcia s'est également qualifiée pour les demi-finales du tableau junior.

Avant le match, Tristan Lamasine avouait tout ignorer de son adversaire, Robin Kern. Au moment d’entrée sur le court n°1 après la victoire de Caroline Garcia, l’autre Française en lice chez les Juniors, il a découvert un joueur grand, blond comme les blés avec un bandeau dans les cheveux et une chevelure qui n’était pas sans rappeler celle du Bjorn Borg. Il n’avait du Suédois que la coupe car pour le reste, la filière allemande était reconnaissable : grosse puissance au service et un coup droit dévastateur. Le Français plus frêle s’est rapidement rendu à l’évidence : le défi physique serait en sa défaveur, malgré sa couverture de terrain. Donc il varie bien son jeu : amortie, volée, l’élève de Laurent Raymond montre toutes ses qualités dans un premier set accroché jusqu’au neuvième jeu. Parfois en danger sur sa mise en jeu, il a toujours pu s’appuyer sur une première balle souvent précise et une seconde qui a considérablement gêner l’Allemand, souvent incapable de retourner convenablement. A 4-4, l’Allemand fut lacher par son service : deux doubles fautes et une première qui ne passe plus. Suffisant pour le Français pour breaker avant de conclure, non sans frayeur (2 balles de break sauvées) pour remporter la première manche 6-4.

Le Central en ligne de mire

La deuxième manche est encore plus accrochée. Beaucoup de fautes directes de part et d’autre. Très peu de balles de break à jouer ou non converties comme les deux en faveur de l’Allemand à 3-3 qui en jeta sa raquette de colère. Comme son joueur préféré, Roger Federer, Tristan Lamasine a régalé l’assistance de quelques amorties en venant au filet. Malgré ces quelques fulgurances le niveau de jeu a progressivement baissé et les deux joueurs se sont départagés dans un tie-break où le Français était mal embarqué. Mené 6-3, il trouva les ressources mentales, "un de (ses) points forts" comme il le confiait lors de l’entraînement matinal, pour recoller au score et finalement l’emporter 8/6 dans le jeu décisif. Explosion de joie de son clan, venu en nombre entre les amis, les cousins, la mère et le grand frère qui l’a mené au tennis. "Je suis très fier, très content de son jeu. Il monte en puissance. Malgré une déficience sur le revers, il peut s’appuyer sur un très bon service au moment où il est en difficulté. Il a été intelligent en variant beaucoup" a déclaré Clarence, l’aîné, avec son œil de connaisseur, lui qui se forme pour être professeur de tennis. La mère Christine y est allée de ses félicitations : "Je suis très émue, c’est un de ses souhaits les plus chers depuis des années. Il a mieux joué que les jours précédents ». Les sacrifices, les heures en voiture pour l’amener au tournoi, les heures à le regarder jouer, "dans le froid, ou sous la chaleur", ont trouvé leur justification. L’avenir du joueur s’annonce radieux, "on espère le voir sur le Central un jour", sourit-elle. En attendant, il affrontera vendredi l’Américain Bjorn Fratangelo. Clarence lui est confiant : "Je le vois aller au bout" a-t-il prophétisé.