Camille Lacourt Mondiaux Shanghai 2011
Camille Lacourt | AFP - MARK RALSTON

Lacourt : "J'ai réussi à bien m'en sortir"

Publié le , modifié le

Camille Lacourt a expliqué devant la presse qu'il avait "réussi à bien s'en sortir" après avoir glané l'argent sur 50 m dos, sa deuxième médaille avec l'or sur le 100 m de la discipline, alors qu'il était arrivé en "méforme" aux Mondiaux-2011, dimanche à Shanghai.

Vous avez tapé du poing dans l'eau. Vous étiez en colère ?
"C'est la première réaction, je suis un compétiteur avant tout. Quand je vois que je suis second, je ne suis pas satisfait. Après ça redescend. Je me suis fait battre par plus fort que moi aujourd'hui. Il n'y a plus qu'à travailler pendant l'année. Cette médaille a un goût assez positif. J'aurais préféré l'or c'est sûr mais je suis content quand même. J'ai un sentiment de frustration d'être arrivé à ces championnats en méforme. A côté de ça, j'ai beaucoup appris. Un championnat du monde avec deux médailles à l'arrivée en n'étant pas au top de son niveau, ça amène beaucoup d'expérience."

Pourquoi êtes-vous arrivé en méforme ?
"J'ai fait quelques erreurs sur la préparation. Je n'ai pas récupéré comme il fallait. Ce sont plein de petits détails qui ont fait que je n'étais pas à 100%. Clairement je me suis fait peur. Le fait d'être en méforme amène une appréhension assez forte. Les Championnats du monde c'est l'événement où il faut être au top et quand on n'y arrive pas, c'est frustrant. Malgré ça, j'ai réussi à bien m'en sortir et j'en suis heureux."

Qu'allez-vous changer l'année prochaine en vue des jeux Olympiques 2012 à Londres ?
"Je sais que l'an prochain c'est l'or olympique qui va primer dans ma vie. Je vais tout faire pour y arriver et arriver vraiment en forme lors des Jeux. Il y a eu toute cette vie un peu folle qui m'est arrivée cette année. J'en ai bien profité, je ne le regrette pas mais l'an prochain ce seront vraiment les Jeux qui vont primer. Même si j'étais présent aux entraînements, c'était plus difficile de récupérer des sollicitations. Ca reste une expérience de vie assez extraordinaire."

AFP