stade clairsemé
Le stade Loujniki va être réaménagé et perdre sa piste d'athlétisme | .

La Russie va soutenir l'athlétisme

Publié le , modifié le

Sitôt le rideau retombé sur les Mondiaux, le stade Loujnicki va être livré aux ouvriers qui vont entièrement le rénover, dans la perspective de la coupe du monde de football 2018, puisque c'est dans ce stade là qu'aura lieu la finale. La piste ne sera pas conservée. Mais la Russie va continuer à soutenir l'athlétisme, comme le précise Vitaliy Mutko, le ministre des sports.

La piste ne sera donc pas conservée ?

Vitaliy Mutko: "Il n’y aura plus de piste d’athlétisme dans le stade qui sera réaménagé pour la coupe du monde 2018 c’est sûr. Après cela, il y a quelques options. Nous pouvons restaurer la piste par la suite si cela peut-être raisonnable techniquement et financièrement. Il est évident qu’on ne peut faire cela que si nous avons suffisamment de compétitions à organiser. Si nous n’avons des épreuves d’athlétisme, qu’une fois tous les cinq ans, il n’est pas envisageable de garder la trace de la piste".

Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura plus de structure pour l'athlétisme ?

VM: "Bien sûr que non. Moscou va se tourner vers la coupe du monde, mais ce n'est une ville seulement pour le football. C’est aussi une ville d’athlétisme. Et nous avons besoin d'un lieu pour ça. Nous ne pouvons pas accueillir les championnats du monde tous les dix ans, mais il y a un certain nombre d’autres événements majeurs. Les responsables de Moscou ont plusieurs projets pour cela. Tout le monde sait l’importance que l’athlétisme peut avoir pour notre pays Nous allons tout faire pour aider ce sport. Peut-être envisager de construire un autre stade qui lui serait dédié".

C'est une politique de soutien à ce sport ?

VM: "Nous avons mis en place un plan de préparation pour Rio 2016. L’année prochaine, nous allons résoudre le problème avec les centres de formations fédéraux. Nous avons construit deux stades à Novogorsk l’année dernière, pour les épreuves de piste. Il y a aussi des constructions en cours à Kislovodsk. C’est à 1200 m au-dessus de la mer. Nous avons le stade et d’autres équipements vont suivre. Nous allons aussi construire des installations dans d’autres régions. L'athlétisme reste un sport majeur pour notre pays et il faut que nos athlètes puissent avoir des lieux pour s'exprimer".

Christian Grégoire