Thomas Voeckler (Europcar) TDF 2011
Thomas Voeckler (Europcar) | AFP - Pascal Pavani

La joie du Team Europcar

Publié le , modifié le

A l'issue une étape mouvementée entre Issoire et Saint Flour, Thomas Voeckler, deuxième derrière Luis Leon Sanchez, a endossé le maillot jaune détenu par Thor Hushovd depuis une semaine. De quoi mettre le Team Europcar en ébullition ! Morceaux choisis.

Pierre Rolland : « Ce matin au briefing, c’était Anthony Charteau, Thomas Voeckler et moi d’aller dans l’échappée. On a eu de la chance que ce soit Thomas, c’était lui le plus près et il ramène le maillot jaune. A 20, 25 kilomètres de l’arrivée, on a compris qu’il aurait avoir le maillot. On s’est dit qu’on allait le voir en jaune. Qu’on allait remonter au classement par équipes. Et qu’il allait peut-être remporter l’étape aussi. Ca ne l’a pas fait pour l’étape mais on aura à cœur de défendre le maillot jaune un maximum. Aujourd’hui, ça a été une vraie étape du Tour. Toute la journée à fond. Pour prendre l’échappée, c’était au taquet. Puis il y a eu cette énorme chute avec deux outsiders du Tour. Mais si ça a désorganisé le peloton, il ne faut pas mettre le maillot jaune de Thomas sur le dos de cette chute. Vu la condition dans laquelle il est cette année et la belle équipe qu’on a, il peut le garder un petit peu. Il a été souvent à l’attaque et les autres baroudeurs de l’équipe aussi. C’est vrai qu’on le mérite. Thomas a déjà prouvé par le passé qu’il savait grimper. Ce n’est pas qu’un coureur malin comme certains le disent. C’est surtout un coureur très fort. Il a des qualités physiques et intellectuelles supérieures à la moyenne. On a une bonne équipe et on pourra le défendre un bon petit moment. »

Dominique Arnould (Directeur Sportif d'Europcar) : « C’est fantastique d’autant que c’est lui qui a créé l’échappée. On savait que ça pouvait aller au bout. Il est parti tout seul puis a été rejoint par ses compagnons d’échappée. C’est exceptionnel. Au début on misait plus sur le maillot à pois où la victoire d’étape. Suite à la chute dans le peloton, ça a tout désorganisé. L’écart est monté à plus de sept minutes. Il a fallu faire des choix donc on a oublié le maillot à pois, la victoire d’étape et on a tout misé sur le maillot jaune. Thomas a pris 60 % des relais. C’est fabuleux. Il l’avait déjà eu en 2004. Je savais que le final était accidenté et qu’il serait profitable aux échappés. Thomas marche très fort. Il fait une année exceptionnelle tout comme l’équipe Europcar. Et quand le leader marche, toute l’équipe marche. On a ciblé les étapes où on pouvait gagner. Thomas a essayé plusieurs fois. Maintenant il y a un beau maillot à défendre et j’espère qu’on va le garder le plus longtemps possible. On peut le faire car on a un petit avantage au général sur les Cadel Evans et autres. On espère passer les Pyrénées. On connaît le courage de Thomas. Il n’y a qu’à voir Thor Hushovd ce qu’il a fait avec le maillot sur le dos. Personne n’aurait misé sur lui hier à Super-Besse. Avec le maillot jaune, on est encore plus fort ! Ce soir c’est champagne ! »

Jean-René Bernaudeau (manager d’Europcar) : « Ca nous rajeunit de quelques années. On se souvient qu’en 2004, Thomas était maillot jaune. C’était alors beaucoup de joie. Aujourd’hui, c’est encore beaucoup d’émotions pour nous. Cette victoire va directement à Philippe Guillemaud de la part de toute l’équipe et du fond du cœur. (Questionné sur l’accident de Juan Antonio Flecha et de Johnny Hoogerland) Ca ne change rien pour le maillot jaune mais j’ai une pensée émue pour eux car ça aurait pu nous arriver. Il faut rester humble et j’ai une pensée très forte pour ceux qui ont laissé leurs ambitions sur les routes du Cantal.»

Vincent Jérôme : « C’est une belle journée ! Première année dans le peloton pour le sponsor et déjà un maillot jaune. C’est de bon augure mais maintenant il va falloir travailler et ce dès mardi. Je côtoie Thomas depuis que je suis professionnel et je peux vous dire que c’est un grand champion. Il sait parfaitement courir et c’est vraiment quelqu’un d’exceptionnel. Il se loupe maintenant et là, il a pris le maillot jaune. Je n’ai qu’une chose à dire : Chapeau ! »

Perrig Quemeneur : « Quand j’ai vu Thomas attaquer, je me suis dit que ça allait être une grande journée pour lui. Il nous a fait une Voeckler ! Thomas, c’est un mental, c’est un monsieur. C’est un super copain et je peux vous dire qu’il m’épate. Les champions ont de la réussite, lui il la provoque et c’est beau ! Il m’a dit qu’il n’avait pas su gérer la dernière fois et du coup, il m’avait prévenu que si l’occasion se représentait, il jouerait plus le maillot jaune que l’étape. Il a déjà gagné plusieurs étapes sur le Tour et le maillot jaune c’est quand même quelque chose … Je suis content mais maintenant il va falloir qu’on récupère pour défendre ce maillot dans les jours à venir. »

Cyril Gautier : « C’est top ! Encore une fois, avec son panache, Thomas a été reconquérir le maillot jaune qu’il avait déjà eu en 2004. Pour le Team Europcar, c’est super ! On ne peut pas rêver mieux. Maintenant, on va aller récupérer car mardi, on a du boulot. »

Isabelle Trancoën