Teddy Tamgho
Teddy Tamgho revient de loin. A Moscou, les bleus comptent sur son retour en forme pour décrocher un titre. | IAN MACNICOL / AFP

La France veut danser le Tamgho

Publié le , modifié le

Après 22 mois d'absence, Teddy Tamgho est enfin de retour. L'athlète français, qui a brillament remporté le titre de champion de France de triple saut en juillet, compte bien retrouver les sommets mondiaux à Moscou.

Comment obtenir un Teddy Tamgho ? Prenez un zeste de malchance, une pincée de sang chaud, mélangez le tout, et le tour est joué ! Car sur les deux dernières saisons, le spécialiste du triple saut n'a pas beaucoup concouru. La faute, notamment, à une fracture de la cheville en 2011. Une blessure suivie d'une rechute en 2012, qui l'aura éloigné des sautoirs pendant vingt longs mois, lui faisant rater les Mondiaux de Daegu en 2011 et, surtout, les Jeux olympiques de Londres, lui qui avait déjà manqué l'avion pour Pékin quatre ans plus tôt pour avoir réalisé les minima un poil trop tard. La faute, également à un caractère souvent jugé trop impulsif. En décembre 2011, après une altercation violente avec une autre athlète, il a été suspendu douze mois, dont six avec sursis. Mais doucement, les choses sont rentrées dans l'ordre. Teddy s'est soigné, a purgé sa suspension, et a repris la compétition. Depuis, l'athlète français monte en puissance et retrouve pas à pas son meilleur niveau. 

"Je veux tout faire pour gagner"

A tel point qu'il remporta même le championnat de France en Juillet dernier, grâce à un saut de 17.49m, sa meilleure perf' de la saison. Mais à Moscou, ça sera une autre paire de manche. Et il en est conscient : "les Cubains ont toujours eu de gros sauteurs, confiait-t-il au journal Le Monde en juillet dernier. Le jeune Pedro Pichardo a sauté 17,69 m à La Havane, début juin. Il a battu le record espoir de son compatriote Yoelbi Quesada. Lors des JO 2012, Christian Taylor a été sacré avec 17,81 m". Mais il croit en ses chances :"Tout est possible. Je veux tout faire pour gagner". Pour l'amener encore plus haut, il compte sur l'expérience et le vécu de son entraîneur Ivan Pedroso, sacré champion du monde de triple-saut en 2000 :"On bosse ensemble, on fait les stages ensemble. Il a connu lui aussi des moments durs dans sa carrière. Il a appris à les gérer. Durant ma longue période d'indisponibilité, il m'a inculqué cela. Il me convient parfaitement, il sait m'écouter et je sais l'écouter. Nous formons un duo dans lequel aucun ne prend le dessus sur l'autre". Mais à Moscou, secrètement, il voudra prendre le dessus sur tout le monde. Et triplement. 

Jean Charbon